Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 4 décembre 2007 à 22:30

Affaire Roschacher: et après?

LEFT
RIGHT
  • Invités principaux: Lucrezia Meier-Schatz, conseillère nationale PDC/St-Gall et, Oskar Freysinger, conseiller national UDC/Valais [16:11 min.]
  • Affaire Roschacher: et après? [1:00:26 min.]
  • Etienne Grisel, professeur de droit public, Université de Lausanne [04:34 min.]
  • Luzi Stamm, conseiller national UDC/Argovie [03:44 min.]
  • Philipp Gut, journaliste "Die Weltwoche" [04:20 min.]
  • Maria Roth-Bernasconi, conseillère national PS/Genève - Etienne Grisel [06:37 min.]
  • Luc Recordon, conseiller aux Etats, Les Verts/Vaud [03:17 min.]
  • Extrait Temps Présent du 29.11.07 [01:33 min.]
  • Alain Jeannet, rédacteur en chef "l'Hebdo" - Discussion générale

"Une affaire d’Etat", avaient dit, le 5 septembre dernier, quelques politiciens, commentant les révélations de la Commission de gestion du conseil national et qui pensaient tenir là de quoi faire tomber Christoph Blocher.

Le Conseiller fédéral pourrait bien avoir participé à la déstabilisation du Procureur de la Confédération Valentin Roschacher jusqu’à le pousser à la démission. Trois mois plus tard, l’affaire n’en est plus une: ce jeudi, le Conseil fédéral a pris la défense du chef du Département de Justice et police.

Christoph Blocher n’a pas empiété sur l’indépendance de la justice, la procédure adoptée pour se séparer du procureur a été correcte. Il est absous... ou presque. Certes, le jurisconsulte nommé par le gouvernement admoneste bien un peu Christoph Blocher, mais pour des fautes qui apparaissent bénignes.

Et l’affaire se retourne aujourd’hui contre ceux qui l’ont lancée. C’est à Lucrezia Meier-Schatz, présidente de la sous-commission qu’on demande des comptes: pourquoi a-t-elle crû, sans vérifications, aux allégations du Ministère public? En accusant Blocher, la Commission aurait permis à l’UDC, et à son chef, de capitaliser la sympathie à quelques semaines d’élections fédérales où il gagnera 3% des voix et une dizaine de sièges.

Alors, circulez, y'a rien à voir!? Pas sûr, car l’affaire est aujourd’hui politique. Le travail d’enquête de la commission a démontré qu’entre justice et pouvoir politique, les rôles ne sont pas clairement distribués. Elle a surtout révélé la brutalité des rapports dans un monde qui passait, jusqu’ici, pour feutré. Elle laisse enfin planer un certain soupçon sur l’attitude de Christoph Blocher: a-t-il voulu gêner le travail de la justice pour satisfaire aux intérêts de la place financière suisse, lui qui n’a jamais caché son antipathie à l’égard de Valentin Roschacher?

Cet épilogue arrive à quelques jours de l’élection au Conseil fédéral, sur laquelle une certaine incertitude plane encore. Le Parlement réélira-t-il Christoph Blocher? Se passera-t-il d’un autre Conseiller fédéral sortant?

Pour en discuter, Michel Zendali a invité: (liste à compléter)

  • Lucrezia Meier-Schatz, conseillère nationale PDC, St-Gall, Présidente de la sous-commission de gestion du Conseil national
  • Oskar Freysinger, conseiller national UDC / VS
  • Luzi Stamm, conseiller national UDC / AR
  • Philipp Gut, journaliste Die Weltwoche
  • Etienne Grisel, professeur de droit, Université de Lausanne
  • Maria Roth-Bernasconi, conseillère nationale PS / GE
  • Luc Recordon, conseiller aux Etats, Les Verts / VD
  • Alain Jeannet, rédacteur en chef de l'Hebdo

Infrarouge ouvre le débat. Vous êtes les bienvenus pour en discuter sur le forum de l'émission.

Liens

LE rapport

Le communiqué sur le site du DFJP

Le dossier de tsrinfo.ch

"Intrigue au Palais", Temps Présent jeudi 29 novembre 07

Le forum Infrarouge du 2 octobre dernier

L'ex-procureur Roschascher s'est reconverti dans la peinture. Extrait de MAP 25.11.07

avatar de Benoît Intervention Beno?, 280 messages Le 15 janvier 2008 à 0:37

L'UDC a fait 29% des voix aux élections fédérales du 21 octobre (le plus haut score de tous les temps d'un parti poliique suisse) et nous n'avons plus de siège au Conseil fédéral !
Comment croyez-vous que le peuple suisse, si attaché à la démocratie, réagira ?!

Intervention saladerouge, 3922 messages Le 12 décembre 2007 à 13:27

Saké, tequila, wodka !!! Yes, youhouhou...

Intervention Ngabo, 2747 messages Le 12 décembre 2007 à 12:21

CHAMPAGNE!!!

anonymous icon Intervention Pilet, 37 messages Le 12 décembre 2007 à 11:07

Bien triste journée pour la gauche et les médias, avec le départ de M.Blocher... Car sur qui vont-ils s'acharner comme des vautours...
Bien belle journée pour le peuple suisse, nous pourrons enfin librement porter le voile,violer des filles, attaquer les vieux,vendre et consommer de la drogue vive l'intégration!!!!

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 9 décembre 2007 à 9:08

Blocher vend des armes
Le Sonntagsblick a publié le 10 août un document confidentiel du Conseil fédéral qui liste les transactions de matériel de guerre opérées par des firmes suisses les dernières années. Parmi les entreprises nommées, EMS-Patvag AG, qui est en main de Christoph Blocher. Sous le couvert d'amorces pour gonfler des airbags, cette firme vend en fait des amorces pour lancer des armes antichars.

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 8 décembre 2007 à 7:11

Monsieur Blocher est un saint...
C'était avant mon temps"
Christophe Blocher, le propriétaire de Ems-Chemie, est rarement si avare de paroles. Interrogé sur la carrière à Auschwitz de l'ex-directeur de recherche à Ems, le Dr Johann Giesen, Blocher ne se laisse arracher que cette réponse lapidaire: "Le Dr Giesen a travaillé à Ems avant mon temps, dans le secteur chimie des polymères qui fabriquait la matière première pour des fils de synthèse et les fils eux-mêmes. Je suis entré à l'Usine d'Ems en 1969 en tant qu'employé à mi-temps. C'est pourquoi je ne suis pas en mesure de vous répondre".

Par ailleurs, Blocher rétorque que tous les faits reprochés à Giesen lui sont inconnus. Blocher a manifesté substantiellement plus de penchant pour l'histoire lors du débat en mars 1997 sur les biens juifs en déshérence et sur les relations commerciales entre la Suisse et l'Allemagne Nazie. A cette époque, il avait déclaré devant le Parlement: "Je me réjouis que les politiques trouvent enfin nécessaire de discuter sur le passé". Il s'agirait "d'une époque si exceptionnelle" qu'il serait difficile "de ne pas s'en préoccuper en permanence". Blocher a également laissé entendre qu'en tant qu'industriel, il s'intéresserait à l'histoire de l'économie. On cherche pourtant en vain chez Blocher le moindre début de commencement de préoccupation auto-critique concernant l'histoire de sa propre entreprise.

Dans son discours "La Suisse pendant la deuxième guerre mondiale - une clarification", Blocher vitupérait contre "le soi-disant travail sur l'histoire", contre ces "prétentieux, hypocrites et autres moralistes", il entendait par là les intellectuels critiques et "les organisations juives qui nous réclament de l'argent". Il s'est opposé au "Fonds Holocauste" en faveur des victimes des persécutions nazies.

Pendant la campagne électorale pour le Conseil National de 1999, la publication d'une lettre de remerciement de Blocher pour l'envoi de la publication révisionniste "Du déclin de la liberté Suisse" avait créé des remous. Blocher commentait ainsi l'ouvrage du négationniste Jürgen Graf: "Mais, comme il a raison!". Il s'est par la suite défendu en prétendant ne pas avoir lu le livre en question et s'est ultérieurement distancé publiquement du révisionnisme. Le représentant de l'UDC en a rajouté dans son brûlot: "La liberté plutôt que le socialisme", en reprochant à la social-démocratie d'avoir des affinités idéologiques avec le nazisme.

Christoph Blocher refuse de reconnaître toute dette de la Suisse pour son rôle durant le nazisme, et donc toute indemnisation financière, ce qui explique son opposition à la Fondation de Solidarité créée en 1997 par l'ex-président de la Suisse, Arnold Koller.

Lukas Strauman

http://www.forumcivique.org/index.php?lang=FR&site=ARCHIPEL&sub_a=ARCHI_121&article=611



Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 8 décembre 2007 à 7:10

pour momo
voilà ce que vous dite
Beaucoup sont jaloux de sa réussite de blocher, lui qui n'est parti de rien! La jalousie,
et voilà ce que je vous reponds

C'était avant mon temps"
Christophe Blocher, le propriétaire de Ems-Chemie, est rarement si avare de paroles. Interrogé sur la carrière à Auschwitz de l'ex-directeur de recherche à Ems, le Dr Johann Giesen, Blocher ne se laisse arracher que cette réponse lapidaire: "Le Dr Giesen a travaillé à Ems avant mon temps, dans le secteur chimie des polymères qui fabriquait la matière première pour des fils de synthèse et les fils eux-mêmes. Je suis entré à l'Usine d'Ems en 1969 en tant qu'employé à mi-temps. C'est pourquoi je ne suis pas en mesure de vous répondre".

Par ailleurs, Blocher rétorque que tous les faits reprochés à Giesen lui sont inconnus. Blocher a manifesté substantiellement plus de penchant pour l'histoire lors du débat en mars 1997 sur les biens juifs en déshérence et sur les relations commerciales entre la Suisse et l'Allemagne Nazie. A cette époque, il avait déclaré devant le Parlement: "Je me réjouis que les politiques trouvent enfin nécessaire de discuter sur le passé". Il s'agirait "d'une époque si exceptionnelle" qu'il serait difficile "de ne pas s'en préoccuper en permanence". Blocher a également laissé entendre qu'en tant qu'industriel, il s'intéresserait à l'histoire de l'économie. On cherche pourtant en vain chez Blocher le moindre début de commencement de préoccupation auto-critique concernant l'histoire de sa propre entreprise.

Dans son discours "La Suisse pendant la deuxième guerre mondiale - une clarification", Blocher vitupérait contre "le soi-disant travail sur l'histoire", contre ces "prétentieux, hypocrites et autres moralistes", il entendait par là les intellectuels critiques et "les organisations juives qui nous réclament de l'argent". Il s'est opposé au "Fonds Holocauste" en faveur des victimes des persécutions nazies.

Pendant la campagne électorale pour le Conseil National de 1999, la publication d'une lettre de remerciement de Blocher pour l'envoi de la publication révisionniste "Du déclin de la liberté Suisse" avait créé des remous. Blocher commentait ainsi l'ouvrage du négationniste Jürgen Graf: "Mais, comme il a raison!". Il s'est par la suite défendu en prétendant ne pas avoir lu le livre en question et s'est ultérieurement distancé publiquement du révisionnisme. Le représentant de l'UDC en a rajouté dans son brûlot: "La liberté plutôt que le socialisme", en reprochant à la social-démocratie d'avoir des affinités idéologiques avec le nazisme.

Christoph Blocher refuse de reconnaître toute dette de la Suisse pour son rôle durant le nazisme, et donc toute indemnisation financière, ce qui explique son opposition à la Fondation de Solidarité créée en 1997 par l'ex-président de la Suisse, Arnold Koller.

Lukas Strauman

http://www.forumcivique.org/index.php?lang=FR&site=ARCHIPEL&sub_a=ARCHI_121&article=611





Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 7 décembre 2007 à 18:58

encore moi j'ai constaté que vous avez oubliez d'invité Blocher au mois de novembre
4 septembre 2007
2 octobre 2007
au mois de novembre vous n'avez pas trouvé un jour
4 décembre

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 7 décembre 2007 à 18:46

mon mais la TRs vous continuez a lui faire de la pub vous nous prenez vraiment pour des cons moi je via écrire à Bilag pour une diminutions des taxe
monsieur Blocher le chef de la place Financière Suisse
Celui qui monte les pauvres et les plus pauvres les un contre les autre avec sa politique de nul

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 7 décembre 2007 à 18:39

Tsr a peur de Blocher pour lui faire autant de pub

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 7 décembre 2007 à 18:37

cela ce passait en 1939
Un malade mental coûte quotidiennement environ 4 Reichsmarks, un infirme 5, 50 RM, un criminel 3,5 RM, un apprenti 2 RM.
1) Faites un graphique avec ces chiffres.
2) D'après de prudentes estimations, il y aurait en Allemagne 300.000 malades mentaux, épileptiques, etc... qui reçoivent des soins permanents. Calculez combien coûtent annuellement ces 300.000 malades mentaux et épileptiques. Combien de prêts non remboursable aux jeunes ménages à 1.000 RM pourrait-on faire si cet argent pouvait être économisé ? »

http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/euthanasie.htm

Blocher CdG Intervention mick, 351 messages Le 7 décembre 2007 à 18:35

vous nous faite chier
avec Blocher

Nouvelle intervention dans le forum "Affaire Roschacher: et après?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Affaire Roschacher: et après?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.