Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 24 mars 2015 à 22:30

Frontaliers: peut-on s'en passer?

  • Frontaliers: peut-on s'en passer ? [1:00:55 min.]
  • Les frontaliers d'Onex réagissent au slogan MCG [02:12 min.]
  • Infrarouge version courte [05:21 min.]

C'est la dernière provocation du Mouvement des citoyens genevois (MCG) dans le cadre des élections municipales genevoises. Il veut lancer le label «zéro frontalier», comme cela se fait déjà au Tessin. Les communes ou entreprises n'employant aucun frontalier pourraient ainsi l'arborer. Mais au-delà du coup marketing, peut-on vraiment se passer des frontaliers? Les entreprises font-elles suffisamment d'efforts pour engager local? Y a-t-il une inadéquation entre le personnel formé en Suisse et les besoins des entreprises? Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Si vous voulez venir assister à l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59 ou envoyez un mail à marie.weber@rts.ch.

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Mauro Poggia, conseiller d'Etat, en charge de l'emploi, MCG/GE

Blaise Matthey, directeur de la Fédération des entreprises romandes

François Schaller, rédacteur en chef de l'Agefi

Michel Charrat, président du Groupement transfrontalier européen

José Ramirez, professeur d'économie, Haute école de gestion (HEG), Genève

François Gabella, patron de LEM

Yves Defferrard, secrétaire syndical UNIA, Vaud

Lesquels ?? meyrinette, 5 messages Le 24 mars 2015 à 22:44

Il y a aussi les suisses qui habitent en france , ils sont aussi frontaliers ! Pensez aussi à tous les habitants en suisse à la frontière qui font vivre les hypermarchés français ! Finalement on a besoin de tous les frontaliers ici ou là.

Zéro frontalier Déshérité, 144 messages Le 23 mars 2015 à 17:49

Zéro frontalier - bien!
Ce que je déteste de frontaliers ce sont leurs réseaux de copinage. Si non, ils profitent d'une situation géopolitique qui se présente. Difficile d'obliger les entreprises privées de ne pas engager le frontaliers si besoin.
Cordialement
Déshérité

Intervention Syntax, 5 messages Le 23 mars 2015 à 20:16

Le jour ou le nombre de Frontaliers diminuera, le taux de chômage des Cantons de GE-JU-NE baissera!
Quand va t-on prendre conscience que la Suisse possède une quantité incroyable de personnes qualifiés mais qui se trouvent, soit au chômage, soit à l'aide sociale!
Exemple dans les régions de GE-NE-JU, nos géants oranges (Coop, Migros et Denner) emploient plus de personnel Frontalier que de personnel Suisse! A qui la faute?!?
Avons-nous déjà vu des Frontaliers faire des achats alimentaires en Suisse...?

Refuseriez-vous un emploi en Suisse en tant que frontalier? Carlos Carllitos, 58 messages Le 28 mars 2015 à 10:16

J'ai une petite question pour ceux qui pensent que les frontaliers piquent les travails des résidents en Suisse.

Un frontalier et des résidents en Suisse postulent pour un travail chez entreprise X et le frontalier est engagé pour X ou Y raisons de l'employeur.

Que feriez-vous en tant que résidents en Suisse si vous étiez le frontalier qui a été engagé?

Vous diriez, ah ben non, je refuse cet emploi car je vole une place pour un travailleur résident en Suisse?

Je ne connais personne qui refuserait un travail à cause de la raison ci-dessus!

Si je cherche un travail, c'est pour être engagé et non pour le donner à un résident en Suisse qui recherche un emploi.

Je suis désolé si ce n'est pas un chômeur en Suisse qui en bénéficie du travail mais il y a la concurrence et il faut se battre pour être engagé.

Après, pour l'histoire du salaire, si le frontalier vient spécialement rechercher un travail en Suisse car le salaire est bien plus élevé qu'en France, aucunes idées?

En ce qui concerne la jalousie car les frontaliers ont un salaire bien plus élevé par rapport à la vie en France, il y a les avantages et inconvéniants.

Je suggère que les jaloux aillent vivre en France un laps de temps en conservant leurs emplois en Suisse pour voir si ils sont plus heureux?

anonymous icon 1000x OUI Mir, 3 messages Le 24 mars 2015 à 11:35

Arrogance, intimidation, copinage, radinerie, p'tit chefs, absentéisme à outrance, etc...tels sont les "qualités" du bon frontalier. Les genevois n'en veulent plus!!!

Insultant l'affiche du MCG ? Wiz, 1921 messages Le 13 avril 2015 à 19:08

Peut-être mais pas plus que le déni de réalité relaté par MM Gabella et Matthey, à nombre de reprises leurs parole démontrent leur ignorance totale de la réalité du chômage.

M. Gabella demande à M. Poggia d'inciter les chômeurs à accepter des postes moins rétribués afin de regagner une place dans le marché du travail. Logique somme toute mais affolant d'ignorance car c'est très exactement ce que l'ORP fait depuis un moment déjà. Une petite expérience à Montbrillant leur ferait le plus grand bien à mon sens !

Encore M. Gabella qui nous fout à la tronche que tous les suisses profitent de cette magnifique situation économique. Il doit sûrement parler de la sienne...

Bon dieu quand est-ce que nos dirigeants vont sortir de leur tour d'ivoire ?

Quand à M. Matthey il n'ignore nullement que les prestations chômages ont été diminuées et que nombre de chômeurs en fin de droits se retrouvent à l'hospice général. Alors prétendre que le taux de chômage reste inchangé est un discours politique très loin de la réalité.

Nous sommes tous des transfrontaliers..! Geneva, 226 messages Le 12 avril 2015 à 23:12

Le renversement de perspective territoriale avec l'émergence d'une échelle communautaire met encore une fois les espaces frontaliers en première ligne. Plus qu'ailleurs, il signifie un renversement dans les fonctions et la définition de ces espaces. L'espace frontalier orienté à 180° devient un territoire transfrontalier orienté à 360°. La frontière cesse d'être strictement une ligne pour devenir un espace transitoire d'amplitude variable entre deux ordre nationaux.
"Deux perspectives concurrentes sur un même espace"
l'émergence de territoires transfrontaliers ne se fait pas sans difficultés et sans conflits.
"L'effet frontière"
Le fait transfrontalier s'illustre par différents phénomènes géographiques, économiques et sociaux que ce soit par l'existence d'agglomérations, de flux de travailleurs frontaliers ou de pratiques commerciales. La frontière joue ainsi souvent un rôle de catalyseur et de générateur de flux en raison du différentiel de réglementation et de coûts.
Il serait en effet illusoire de croire que "la libre circulation" peut effacer les ordres administratifs, politiques, culturels, ou techniques qui trouvent leurs limites sur ces frontières.
Cependant, les frontières nous interrogent aujourd'hui comme par le passé sur la nature du territoire.

Bibliographical reference
Published in Labyrinthe,6
Actualité de la recherche

Le plus gros gag... Aurora, 675 messages Le 24 mars 2015 à 23:21

Le plus gros gag qui m'a été conté: un ami d'origine alémanique s'est vu passé un assessment par un RH français sur son allemand ... Il n'a jamais vécu une telle situation ubuesque! Le gas était nul!

Autant vous dire qu'il n'a pas été pris...

Nous devons davantage nous mettre en avant en Suisse. Nous nous sous-estimons beaucoup trop, alors que les français n'hésitent pas à s'auto-qualifier vers le haut.

Nous sommes beaucoup trop humbles et mettre en avant nos compétences.

En dehors de cela, faut arrêter de nous raconter n'importe quoi: lorsque les annonces mentionnent bac +4, ou tout autre discours francisé, et même plus suisse (parlons de Matu, pas de bac), toute personne qui a dû chercher du travail ces dernières années sait très bien que beaucoup de RH sur l'Arc lémanique sont français.

Et cela, ça joue pas. Donc c'est évident que les tensions vont monter. Pas besoin d'études supplémentaires pour comprendre.

Bonne soirée.

EU, mondialisation, s'incorporer au système plutôt qu'a y résister ? Allons-nous perdre notre dialectal ? Geneva, 226 messages Le 9 avril 2015 à 19:14

L'identité est en effet le produit des relations dynamiques entre l'individu et les pratiques sociales de tous les jours. Le patois Savoyard est déjà mort dans tout le canton de Genève, Vaud et Valais, dans le pays de Gex et, en Savoie. On peut penser que sa disparition est inscrite dans l'évolution culturelle et sociale. Quand tous les Genevois, Savoyards, ne parlerons que le Français, on distinguera encore, à leurs accent,(tous ne pourront pas s'en débarrasser totalement et quelques un l'afficheront encore avec fierté). "NOTRE" façon égale et lente de dire son propos, ou sur la succession saccadée et même abrupte des syllabes. Tous les patoisants pratiquaient entre eux cette reconnaissance par les particularités linguistiques de leurs voisins. Ainsi tant que survivront des accents de Savoie et Suisse Romande, on pourra dire que le patois Savoyard n'est pas complètement mort.
(Mot Savoyard en Français officiel). D'ailleurs c'est déjà fait: il y a des mots savoyards qui sont entrés-parfois en changeant un peu de sens, de la langue française. C'est le cas du mot "CHALET" un exemple.
Corneille, Racine, et La Bryère ne connaissaient pas ce mot; Montesquieu, Voltaire et Diderot l'ont peut-être lu, ils ne l'ont jamais utilisé. C'est ROUSSEAU qui l'a introduit dans la littérature française: puis le mot chalet est entré dans les dictionnaires car il vient du patois savoyard.
Il est en effet inutile de discuter pour savoir si Rousseau était Suisse ou savoyard: comme tout Genevois, il est politiquement Suisse et linguistiquement Savoyard. C'est une affirmation que peut étonner les gens qui donnent automatiquement aux frontières politiques une importance culturelle qu'elles n'ont pas toujours.
Mais tout romaniste sait que le canton de Genève appartient au domaine du dialectal savoyard.
A la fin du XVIe siècle, c'était une vérité banale. Passant par Genève en 1596, Scaliger note qu'au Sénat de la ville de Genève, on parle en patois savoyard.

SOURCES:
Archives état de Genève.
www.savoiearchives.fr
http//enrysuter.ch glossaires patois.html


Dumping de compétense Chantal Gasser, 2 messages Le 24 mars 2015 à 18:43


Souvent je suis étonnée d'entendre qu'il faut engagé un frontalier puisque qu'on ne trouve pas ici de personne suffisemment compétente. Avec un peu d'ironie je me demande si nos écoles sont nuls.
D'autre part on ne parle jamais de la précarité créer par cette situation pour les travailleurs qui travaillent sur France. Quel syndicat français se bat pour eux.


anonymous icon LE VER EST DANS LA POMME Pati001, 3 messages Le 24 mars 2015 à 20:27

Bonsoir,

Pourquoi ces dernières années autant de craintes envers les frontalier ainsi que la libre circulation?
1: Dumping salariale.
2: Le frontalier n'est plus seulement de la main d'œuvre essentiel à notre économie ( que le chômeur en fin de droit n'en veux apparement pas) mais de plus en plus des personnes qualifiées pour des postes cadres.
3: Une délocalisation des locaux au profits des frontaliers.
4: Certainement le point le plus important, quel avenir pour la génération futur. Ne dit on pas que l'avenir d'un pays c'est ça jeunesse?
Et bien ça promet!!!!
ABE

Moi pas amadouable BigApple, 888 messages Le 23 mars 2015 à 0:14

Qu’une certaine catégorie de travailleurs frontaliers est utiles voir indispensable à notre économie et au bon fonctionnement de notre société personne ne peut le nier. Il s’agit de limiter et abaisser considérablement le nombre croissant de travailleurs qui proviennent de toute l’Europe. Ces derniers font incontestablement concurrence impitoyable aux travailleurs indigènes. Et du coup ont appauvris des pans entiers de la population de Suisse. Cette concurrence sauvage tire les salaires vers le bas. Il faut que cela cesse. Les habitants de ce pays sont contraints de pointer au chômage puis par cascade au RI. Et de là sont traités comme des profiteurs. Mais avant de pouvoir prétendre à ces prestations RI de misère ils doivent puiser dans leurs épargnes qui sont le fruit de longues années de travail. Et plus invraisemblable encore, ils sont redevables à vie, puisque le montant de ces indemnités RI doivent être remboursées par le « bénéficiaire ». On scrute leurs moindres dépenses et leurs faits et gestes. Ils sont humiliés par les gestionnaires de prestations RI et pire encore par les assistants sociaux dont on ne sait toujours pas quelle est leur véritable fonction. Oui à une politique de quotas. Si on nous contraint de revoter, on le refera et de la même manière.

Nouvelle intervention dans le forum "Frontaliers: peut-on s'en passer?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Frontaliers : peut-on s'en passer?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.