Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 27 mars 2007 à 22:30

Le scandale des bas salaires

LEFT
RIGHT
  • Invités principaux: Pierre Weiss, directeur de la Fédération des entreprises romandes, et Christian Levrat, vice-président de l'Union syndicale suisse [13:38 min.]
  • Le scandale des bas salaires [1:00:34 min.]
  • Sujet: témoignage anonyme d'une blanchisseuse - Réactions des invités [08:32 min.]
  • Sujet: témoignage en Valais [02:31 min.]
  • Aldo Ferrari, secrétaire régional Unia/VD [01:32 min.]
  • Marian Stepczynski, président de Migros Genève [02:46 min.]
  • Claudio E. Casanova, vice-président Hotelleriesuisse [05:46 min.]
  • Francine Zufferey, syndicat Unia/VS [01:36 min.]
  • Témoignage de Mme Mendes, vendeuse à Lausanne - Discussion générale [20:25 min.]
  • Conclusion [03:27 min.]

En Suisse, comme ailleurs, il y a ceux pour qui ça rigole et il y a les autres.

Marcel Ospel vient de faire savoir qu’il appartient à la première catégorie. Son salaire, apprend-on, affichait un beau 26 millions l’an dernier, soit plus de 72'000 francs par jour. Daniel Vasella, de Novartis, en est à 44 millions. Mais ils ne sont pas seuls. L’économie suisse explose, l’industrie d’exportation flambe, la bourse affiche des records. Bref, tout va bien, mais pas pour tout le monde.

Il y aurait 700'000 "working poors" en Suisse! 700'000 travailleurs qui gagnent juste de quoi vivre, parfois moins, selon le syndicat Unia, qui lance ces jours-ci une campagne pour dénoncer ce "scandale".

Les chiffres: 80'000 employés gagneraient moins de 3'000 francs par mois, 300'000 moins de 3'500 francs. En tout, 700'000 employés gagnent moins de 4000 francs par mois.

Sans surprise, on apprend que la majorité des "working poors" sont des femmes, travailleuses de la coiffure, de l’hôtellerie, de la restauration ou encore de la vente.

Le syndicat demande donc qu’un salaire minimal de 4'000 francs soit inscrit dans les CCT et que l’on assure un minimum de 20 francs de l’heure, pour les secteurs sans convention collective.

Salaires de misère et salaires de nababs, comment combler ce fossé? Faut-il garantir un salaire minimum et brider les hauts revenus?

Pour en débattre, Romaine Jean a invité: (liste à compléter)

  • Christian Levrat, conseiller national PS, vice-président de l’Union Syndical Suisse USS
  • Pierre Weiss, député, chef du groupe libéral au Grand Conseil genevois, directeur à la Fédération des entreprises romandes FER
  • Aldo Ferrari, secrétaire régional Unia, VD
  • Francine Zufferey, syndicat Unia, VS
  • Madame Mendes, vendeuse
  • Claudio E. Casanova, vice-président hotelleriesuise
  • Marian Stepczynski, président de Migros Genève

Liens

Unia

Initiative contre les rétributions abusives

Fondation Ethos

Union Syndicale Suisse

Fédération des entreprises romandes FER

hotelleriesuisse

anonymous icon Intervention Tiouk, 161 messages Le 23 mars 2007 à 20:11

Qui est inclu dans ce chiffre de 700'000 travailleurs ?

- les appentis ?
- les stagiaires ?
- les personnes travaillant à temps partiel (par exemple les étudiants) ?
- ...
J'espère qu'infra ne fera pas que faire peur aux gens et appronfondira la question ...

Il ne me paraît par ailleurs pas déontologique de reprendre un chiffre balancé dans un discours sans aucun appareil critique, de surcroît je ne peux m'empêcher de lier ce sujet avec l'actuelle campagne du deuxième tour des élections vaudoises (serait-ce un petit coup de pouce en direction du camarade Zisyadis ?) ?

Enfin, prenons l'exemple d'une personne de 20 ans, qui vit chez ses parents, qui n'a aucune charge fixe (en dehors des impôts et de l'assurance maladie) et qui gagne Fr. 2'500.-/mois. Est-ce que sa situation, pour les syndicats, est équivalente à un célibataire du même age qui gagnerait Fr. 5'000.-/mois mais qui a un loyer (Fr. 1'500.--), une voiture (Fr. 800.-/mois, y compris le leasing), etc ??

Soyons sérieux, le salaire se négocie sur une base contractuelle et au regard des circonstances d'espèce, il ne peut pas être décrété d'en haut, chaque travailleur ayant une situation différente et fort heureusement... !

avatar de almalin Intervention almalin, 3787 messages Le 10 avril 2007 à 21:25

C'est quoi un BAS salaire ???

un salaire faible avec plein d'aide financière ?
ou
un salaire moyen avec plein de charge ?

anonymous icon Intervention pasdequoi, 4 messages Le 5 avril 2007 à 19:30

@ Milton

"Si, après le déclenchement de la grève illégale, Swissmetal a réagi en rachetant Busch-Jaeger (que le groupe avait vendu) et a délocalisé des emplois à Lüdenscheid... Ces emplois sont définitivement perdus pour Reconviliers, par la seule faute du syndicat Unia..."

C'est de l'illusion passées aux actionnaires. Vous ne pouvez pas délocaliser un savoir faire après avoir mis en congé les porteur de ce savoir-faire, qui d'ailleur est très lié aux installation à disposition qui sont à Reconvilier.

Non seulement les emplois sont perdus à Reconvilier, mais une grande partie du chiffre d'affaire est perdue à jamais pour Swissmétal.

"Il fallait rationaliser les structures du groupe, ce qui impliquait une certaine spécialisation des 2 lieux de production et donc la fin de l'"autarcie" de Reconvilier..."

oublier. Je ne suis pas de Reconvilier loin de là, mais j'ai une expérience industrielle de plus de 40 ans.


"Les employés de Reconviliers nourissaient des rêves d'indépendance,..."

Parce qu'ils voullaient sauver leur outil de production très technique. Il ne faut pas prendre les jurassiens pour des prétencieux malhonnêtes. Je ne crois pas que Hellveg comprend le Jurassiens, encore moins l'espris romand. De plus il est vraiment inconcevable, quand on a une équipe toute motivée de lui mettre les baton dans les roues. Un bon manager doit en ressortir le meilleures d'une telle équipe et ne pas la détruire.

"Il s'agissait de préserver la compétiticité du groupe Swissmetal, ce qui est dans l'intérêt de tous..."

Quand les clients doivent réclamer parce qu'ils ne recoivent plus la quantité et qualité requise, il y a autre chose qui cloche. NB. à Reconvilier ont continue à licencier.

"Non, à ceux qui ont le courage de prendre les décisions qui s'imposent, même si elles sont impopulaires..."

Il y en a de ceux-là, mais beaucoup d'autre qui ne valent pas grand choses.


"vous renforcerez l'action syndicale, parce qu'elle devient malheureusement nécessaire"

Par rapport à la Suisse vous accroisser le mécontentement qui fait germer le syndicalisme. Ce n'est non plus pas la mondialisation qui a réduit le syndicalisme en France, ni en Angletwerre. Peut-être il va en être le cas en Allemagne, parce qu'il en est temps.


"si le marché régissant le salaire des éboueurs s'effondrait de telle sorte qu'il deviendrait trop cher de nettoyer les rues?"

Il n'y a que les pays très pauvres qui ne peuvent pas se permettre de nettoyer les rues... Ouuppp! Avez-vous voyagé?



"C'est un travail qui ne demande aucune qualification, il coûte donc très peu..."

Ce n'est pas une nécessité que ces personnes qui font un travail honorable, vous seriez bien embêté s'il ne le faisait plus, doivent après le travail aller dormir sous les ponts, voir arrondir leur fin de mois dans la mendicité.

C'est votre vue des travaux "basses games". Je ne la partage pas du tout. Tout travail est en quelque sorte honorable. En début du siècle on a construuit des asiles pour les personnes dérangées, ce libéralisme à outrance me donne l'impression qu'on est en train de mettre hors du marché du travail, donc dans la précarité, les marginaux du travail, soit on aime se débarasser de ce qui gêne.

"Je défends des idées, pas des intérêts catégoriels..."
Je dois le reconnaître vous les défendez bien.


"
C'est plutôt les monopoles publics qui nous volent: CFF, Poste, SSR, services industriels, tous augmentent leurs tarifs et le consommateur est captif et ne peut pas aller vers la concurrence, inexistente..."

à parce que vous croyez que çà va changer. Regarder l'industrie indépendante des médicamment qui vend depuis des années aux Suisses plus cher que sur les marchés étranger, ce sans parler des assurances.

La libéralisations des assurances a compliqué la vie des Suisses, soit pris une partie de l'effort de travail pour s'occuper de pécadies ennuyeuses et emmerdantes. Et puis on a réduit artificiellement le nombre d'assurances pour cröer des géants.


"Pas du tout, c'est surtout la gauche et le centre qui veulent sans cesse augmenter ces subventions, la droite y est opposée... Quant aux libéraux (les vrais), ils sont opposés aux assurances sociales obligatoires...

MMMh Couchepin est de gauche. C'est le système libéral: donnes lui un peu pour qu'il se taise et continuons à faire notre cuisine...

Par contre la gauche représente un courant qui n'est pas nécessairement en accord avec le peuple gauchiste.


"Parce que vous croyez qu'ils sont le choix...?"

il n'y a pas que les actionnaires qui n'ont pas le choix...


"Il est totalement pervers d'opposer l'un à l'autre... Améliorer la formation est moins une question de moyens que de système: il manque de la concurrence et des incitations à améliorer la qualité... Et le financement est inefficient: on arrose tout le monde plutôt que de cibler sur ceux qui en ont besoin..."

C'est un peu facile à dire. je vous rappelle l'origine de ce discours, c'est qu'il y a chaque année à Genève des jeunes qui sorte de l'école sans lire et öcrire. J'aimerais bien savoir ce qu'ils coûteront à la société dans le future. C'est mépriser un partie de la jeunesse..pour des économies...


"Le monde a tout à gagner de plus de libéralisme, il faut donc lutter contre la pensée antilibérale dominante..."

NON

La raison de la pensée antilibérale, s'il y en a, et la réaction à une position trop dominante. Comme le pendule il va et vient, la surpolitique passe de droite à gauche et vis versa.


"Le meilleur étant de combiner les 2... "
parfaitement. Il me semble que vous manquez à mettre en pratique ce que vous considérer cette fois comme un peu logique.


Bonnes Pâques

anonymous icon Intervention 22335, 1917 messages Le 3 avril 2007 à 17:26


Initiative populaire fédérale «contre les rémunérations abusives»

http://trybol.ch/remunerations_abusives/signer.html

anonymous icon Intervention 22335, 1917 messages Le 3 avril 2007 à 17:10


Beat Kappeler dans le Temps du samedi 31 mars 2007 - l'impôt négatif comme solution aux bas salaires ????

« Si les revenus du ménage entier ne suffisent pas pour vivre, on est en droit de revendiquer un soutien pour ces travailleurs pauvres. C'est le sens de l'impôt négatif (« earned income tax credit »). Pour les revenus insuffisants, le ménage touche un supplément de 40% versé automatiquement par l'autorité de taxation. Si le revenu dépasse un jour 14000 dollars, on baisse le soutien de 20 cents par dollar additionnel seulement. Le ménage se porte de mieux en mieux si ses membres s'insèrent plus dans un travail. Ainsi on réconcilie la compétitivité internationale par des salaires individuels vraiment minimaux avec le droit à l'existence d'un ménage. Le « social », c'est toute une technique. »

anonymous icon Intervention pourquoipas, 1 message Le 30 mars 2007 à 13:55

Un bon bourgeois à la réthorique trompeuse, voire désuète de bon
sens et un jeune syndicaliste qui cherche à introduire un salaire minimum!

Je ne pense pas que le problème principal des bas salaire a été abordé de
manière judicieuse. Seul un brin de vérité a été égratigné en fustigeant la
distribution des profits aux actionnaires, alors que le fait de cette richesse
est le résultat d'un travail ardu de plusieurs générations, en quelque sorte
un bien commun.

Persone n'a pensé évoquer le cas des chômeurs, qui touche plus voir bien
plus de 3'000 fr par mois pour ne rein faire. Personne n'a parlé que depuis
1945 les salaires sont indexé au pourcentage et que maintenant nous avons
une échelle de salaire qui n'est plus supportable. Ce n'est pas en retenant
l'augemntation des salaires des plus démunis que cette situation va s'amé-
liorer. Personne n'a remis en cause les exigence de "ceux qui on fait des études"
qui par automatisme séculaire se donne le droit d'avoir un salaire supérieur et
ce pour une vie entière.

Il y a des basses fonctions dans la société, il est dommage de les considérer
comme sots métiers,..il n'y a pas de sots métiers. Ce sont même des fonctions
importantes.

Ne serait-ce pas mieux, si nos politiciens se donnaient comme premier objectif
d'organiser la société de telle sorte que chacun puisse y trouver une place
honorable. Les discours menés par la gauche comme par la droite pourraient
peut-être retrouver un sens profond sans que la marche des affaires en soit
péjorée, au contraire.

Ce n'est pas en déconsidérant son voisin que les problèmes de société peuvent
être résolus d'une manière positive, où le chemin de la prospérité peut être
nourri.

avatar de rougedehonte Intervention rougedehonte, 915 messages Le 29 mars 2007 à 16:23

A bas les bas salaires de rien, même si on a un sale air, l'air de rien !

anonymous icon Intervention woman, 123 messages Le 28 mars 2007 à 20:40

hier on a parler des employee migros avec 3400.- env on aoublie les coiffeuses et estethiciennes qui avec 3 ans d`apprentissage ont un salaire minimum de 3200.- brut je reprecise env 2800.- net et portant le coiffeur est un luxe, ou je travaillais on demandait 66.- pour une coupe sechage env 50 min ca n`est pas rien quand meme alors ca n`est pas que une question de formation mais bel et bien de consideration des metiers

anonymous icon Intervention Milton, 6361 messages Le 28 mars 2007 à 14:07

Ainsi donc, le fameux "marché du travail secondaire", où les communes de certains cantons placent les travailleurs en fin de droit, paye des salaires en-dessous des tarifs conventionnels et, ô miracle, des emplois destinés à émigrer ailleurs peuvent ainsi être préservés... Quand on disait que les syndicats détruisaient des emplois, la preuve empirique est désormais faite...

avatar de Courage dit-il Intervention Courage dit-il, 7228 messages Le 28 mars 2007 à 13:41

Le ras-le-bol à propos des salaires servis couramment est perceptible à travers ce forum: que proposez-vous, pour mettre fin au pouvoir des décideurs (qui ont amené cette situation) ?

anonymous icon Intervention Micmick, 48 messages Le 28 mars 2007 à 9:29

L'arrogance de ces Messieurs "bons salaires" est à chi..! Ne m'invitez jamais à une de ces émissions, parce que je ne vais pas pouvoir me contenir en entendant les propos tenus avec aplomb par ces vautours! Monsieur Weiss et consort, vos petits sourires satisfaits m'ont écoeuré, et vos tergiversations aussi, vous n'êtes même pas capable de répondre à une simple question, qui nécessite juste un oui ou non! Vous êtes des lâches, mais avec le nombre confortable de zéro après le premier chiffre de vos salaires, vous n'en avez rien à faire!!! Vous êtes des "nuisibles" !

Intervention Quadra, 156 messages Le 28 mars 2007 à 0:23

Quelle misère d'observer dans un des pays les plus riches d'occident d'avoir des working poors et des pauvres - des affamés - l'élémentaire des droits de l'homme !! à 45ans mon salaire n'a guère évolué depuis 15ans !! pas d'augmentation - chomage - interim et/ou autres le résultat sur la fiche de paie demeure pareil. L'intérim a du bon pour se sauver de la fin de droit - permets aux entreprises de parer à du surplus de travail - mais en fait coûte très très cher en honoraires payés aux maisons intérimaires (kif kif que de payer un vrai salaire normal). Mêmes maisons d'intérim qui sont un biai pour aider l'Europe a déserver son chômage et faux certificats d'études et de travail en Suisse. :-(((
Il m'a été témoigné par une jeune femme qualifiée souhaitant tant travailler qu'elle n'avait qu'à aller aux Paquis car les européennes coûtent moins chères... (elle quitte la Suisse pour l'Australie) Bel avenir pour notre jeunesse qui file et va s'installer à l'étranger. Nous perdons notre force vive, nos têtes, nos talents et notre jeunesse et aussi nos ainés au nom d'une telle volonté fédérale. Les prix flambent - comment est-ce possible ? les pommes,poires, fraises et autres - les ordis - les salades - les pneus ont aussi demandés une augmentation de salaire ?? Un jour ou l'autre plus personne ne pourra consommer et nous nous retrouverons dans un pays pauvre comme ce fut au siècle dernier !! Belle fierté !! Est-ce cela que nous voulons offrir à nos enfants ?? à nos ainés qui ont bâti ce pays ?? Facile aussi de dire qualifiez-vous les Suisses quand nous engageons des personnes sous ou non qualifiées à des prix inférieurs et pour certains ne savent pas travailler du tout et mette un joyeux bordel (plus rien ne fonctionne correctement) - Messieurs/Mesdames les patrons - un travail sous payé est trop cher s'il doit être refait par un(e) qualifé(e) après - petites économies qui finissent par coûter très cher à tout le monde. Baissez aussi les impôts au lieu de les augmenter pour combler la pression salariale à la baisse - Les Suisses ont votés non à l'entrée dans l'Europe à plusieurs reprises - démocratiquement exprimé, alors pourquoi lui imposer sournoisement les mêmes contraintes que si elle y était ??

Nouvelle intervention dans le forum "Le scandale des bas salaires"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Le scandale des bas salaires
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.