Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 10 décembre 2013 à 22:40

Internement à vie: impossible à appliquer?

  • Internement à vie : impossible à appliquer ? [1:00:58 min.]
  • Internement à vie, version courte [04:45 min.]

Le verdict du Tribunal fédéral de ne pas interner à vie le meurtrier de Lucie provoque incompréhension et colère. Comment justifier qu'un tel criminel puisse sortir un jour de prison? Va-t-il vraiment pouvoir le faire? La volonté du peuple, qui a accepté en votation populaire l'internement à vie en 2004, est-elle bafouée? Et que penser de la justice? Est-elle trop clémente et trop dépendante des experts psychiatres? Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Si vous voulez venir assister à l'enregistrement de l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59.

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Nicole Trezzini, mère de Lucie

Jacques Barillon, avocat

Claude Rouiller, avocat, professeur de droit et ancien juge au Tribunal fédéral

Pierre Maudet, conseiller d'Etat, en charge de la sécurité, Genève

Nicolas Mattenberger, avocat et député PS, Grand Conseil, VD

Philippe Delacrausaz, responsable du Centre d'expertises de l'Institut de psychatrie légale, CHUV

Céline Puippe, soeur d'une victime du sadique de Romont, a participé à la récolte de signatures de l'initiative pour l'"internement à vie pour les délinquants sexuels ou violents jugés très dangereux "

anonymous icon LA VOLONTE DU PEUPLE EST DE PLUS EN PLUS SOUVENT BAFOUEE ombredeshin, 1081 messages Le 6 décembre 2013 à 17:58

En cause, souvent, les "législations internationales" et autres traités délétères que nos politiciens ont signés, valets qu'ils sont des maîtres occultes du monde.

A se demander si cela vaudra encore la peine d'aller voter!

Pour moi c'est une question de volonté de savoir si oui ou non on interne à vie un criminel récidiviste, à plus forte raison s'il s'agit d'un malade incurable.

Mais on dirait que nos grands magistrats font tout pour qu'ils puissent sortir et récidiver!

En ce qui concerne Lucie, sa mort aurait pu être évitée si elle n'avait pas été si naïve de suivre un individu qu'elle ne connaît pas! On peut se demander s'il n'y avait pas là des lacunes au niveau de l'éducation de cette jeune fille.

Mes parents, à son âge, m'ont mille fois mise en garde de ne pas suivre des gens qu'on ne connaît pas, etc. etc.

Il n'en reste pas moins que son meurtrier, s'il n'avait pas été libéré, n'aurait pas non plus pu l'aborder et l'attirer chez lui.

LA GRANDE QUESTION DE CE DEBAT EST, EN FAIT:

LA SUISSE DOIT-ELLE TOUJOURS SIGNER LES TRAITES INTERNATIONAUX, EST-ELLE ENCORE UN PAYS SOUVERRAIN?
NE SOMMES-NOUS PAS ASSEZ MATURE DANS CE PAYS POUR FAIRE NOS LOIS NOUS-MEMES.

DEVONS-NOUS NOUS SOUMETTRE, PAR LE BIAIS DE NOS POLITICIENS COLLABOS, A BIG BROTHER?

La réponse est clairement non. Dénonçons donc tous ces traités, redevenons indépendants et neutres, et prenons le droit d'interner à vie ce genre de personnes.

Donnons-leur la possibilité de vivre une vie correcte mais en prison!

Le temps nous change! Bakounine, 2858 messages Le 6 décembre 2013 à 19:09

Une personne change, évolue, se transforme, en cela l'internement à vie est une abération.

L'internement doit durer le temps nécessaire à prèparer cette personne à sa réinsertion, mais le grand maximum devrait être 30 ans; à part bien sur pour les crimes contre l'humanité.

Quand à la volonté du peuple, si celle-ci est manipulée par des partis d'extrême-droite, elle ne veut pas grand chose; ne l'oublions jamais, c'est cette volonté du peuple qui a mis Adolf au pouvoir... alors...

Le problème des gros beaufs pro-internement en vie, pro-peine de mort est qu'ils transforment la justice en vengeance...

Internement à vie: impossible à appliquer? Libera me, 1208 messages Le 7 décembre 2013 à 23:47

Non, pas impossible si les conditions prévues par la loi sont réunies.


Comment justifier qu'un tel criminel puisse sortir un jour de prison?

Il faudrait prouver son incurabilité pour qu'il y reste.


Va-t-il vraiment pouvoir le faire?

S'il a purgé sa peine et qu'il est guéri, oui.


La volonté du peuple, qui a accepté en votation populaire l'internement à vie en 2004, est-elle bafouée?

Non, tant que le peuple ne bafoue pas le droit de recours de tout individu, et tant qu'il est capable de comprendre que les décisions de justice peuvent diverger de ses opinions personnelles.


Et que penser de la justice?

Que c'est elle qui a la plus grande connaissance des faits et qu'il est fort probable qu'elle ne prononcera pas toujours le jugement que j'aurais voulu qu'elle prononce.


Est-elle trop clémente et trop dépendante des experts psychiatres?

Voulez-vous d'une justice sans preuves, dépendante de la colère et des pulsions du peuple mécontent?

Sans paroles !! Tchètchè, 235 messages Le 12 décembre 2013 à 17:49

Il n'y a vraiment rien à dire sur ce débat, on nous a tous pris pour des imbéciles et des idiots. on m'a toujours inculquer la chose suivante : tu ne tueras point
alors pour moi tout est clair et tous ces juges et surtout tous ces psy ,c'est du blabla et dire qu'ils ont de l'importance dans toutes les décisions prises.
alors passons à autre chose!

Pfffffff, grand juge qui ne souhaite pas appliquer la volonté populaire... saladerouge, 3922 messages Le 11 décembre 2013 à 8:39

Juste insupportable les positions rouillées d'un vieux juge qui sait contourner la volonté populaire légalement...

Merci à Mme Trezzini, M. Barillon et M. Maudet...

Intervention Sungila, 13 messages Le 11 décembre 2013 à 15:23

Une nouvelle fois les juges fédéraux se fichent de la volonté du peuple, mais ce n'est pas nouveau car aujourd'hui la justice n'est qu'une grosse farce qui profite aux tarés de tous genres et qui se fichent complètement des victimes. Quand on entend les explications du psy qui se trouvait sur le plateau, cela fait froid dans le dos car il semblait être le premier à être dépassé par l'évaluation des personnes dangereuses.
Alors comment faire pour que violeurs, psychopathes et autres déchets de la société reste en prison à vie ? Commençons par envoyer au tribunal les juges et les psys qui se sont trompés dans leurs évaluations et qui ont permis qu'un nouveau crime soit commis. Dans notre société, le médecin, le garagiste, l'entrepreneur, l'automobiliste ou toutes personnes qui commet une erreur et met en danger la vie d'autrui est lourdement condamnées alors pourquoi pas un juge ou un psy ? S'ils avaient cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, ils réfléchiraient peut-être à deux fois avant de relâcher, d'autoriser un pique-nique ou une promenade à cheval à des psychopathes irrécupérables.

Jurisprudence du TF contre la décision populaire du 8 février 2004: remède SuisseRomand, 2199 messages Le 11 décembre 2013 à 23:35

Comment y remédier ?.

Nos plus hautes instances politiques doivent-ils y prendre position officiellement en y modifiant la loi en changeant "possibilité" par "obligation".?.

anonymous icon Un juge qui est contre des parties de la Loi doit se récuser. Zurzach-Nyon, 44 messages Le 10 décembre 2013 à 23:43

Un juge qui est contre des parties de la Loi n'est pas en mesure de rendre un jugement indépendant. Il doit donc se récuser.
Idem pour les psys.

anonymous icon Internement a vie pas suffisant. Yoyo340600, 457 messages Le 11 décembre 2013 à 16:00

C'est quoi ce gage.

Une personne dangereuse même si elle a un passé douloureux même si elle peut changer ne justifie en rien le droit de commettre un acte illicite.

Certaine personne comme les violeurs et autres criminelle sexuelle ne mérite pas de vivre quand ont fait des crimes aussi atroce ces gents devienne des chacales et je serai pour la peine capitale pour ces criminel extrème.

L'expert psy jouerait une vie à pile ou face ! La modération d'IR fait chier, 1837 messages Le 11 décembre 2013 à 15:27

Des fois que nous n'aurions pas bien tous entendu la même chose, je vous convie d'écouter à nouveau ce que dit Philippe Delacrausaz à partir de 40'17". Je résume:

- Le psy peut expliquer le passé et le futur proche avec 24 à 48 heures d'avance de la dangerosité d'une personne.
- Mais pour le long terme, son diagnostic tient du "hasard". Soit une chance sur deux. Donc une expertise est équivalente à jouer à pile ou face.
- La psychologie est une science aussi inexacte que les prévisions météo. Au delà de 2-3 jours, on navigue en plein brouillard.
- Quant aux méthodes statistiques, elle ne permettent pas mieux que pour l'obésité ou l'anorexie de vous dire comment va évoluer votre poids, mais juste de vous dire qu'en bonne logique il devrait évoluer vers la moyenne sinon vous deviendriez infiniment gros ou infiniment petit, ce qui serait fort peu probable. Ce qui est inapplicable pour prédire l'évolution d'un cas particulier hors norme. On peut évoluer aussi bien d'un coté que d'un autre avec juste des probabilités un peu différentes...

Pourtant c'est à de tels experts que l'on donne toute la responsabilité de libérer ou non un condamné qui peut tuer, selon des prévisions sur sa dangerosité qui tiennent du hasard. C'est énorme d'entendre cela car ce n'est pas seulement le futur de ce condamné que l'on joue alors à pile ou face mais également celui d'une personne de la société (la future victime) qui a alors 50% de chance de mourir sous ses coups si on le libère (hors statistiques).

Le "principe de précaution" voudrait que pour le moins qu'aussi longtemps que le risque d'être tué par un criminel dangereux dépasse le risque d'être tué par une personne jamais condamnée, on devrait le garder enfermé. Et si ce risque est bien celui du hasard, soit 50%, on ne devrait jamais le relâcher.

On peut aussi remettre en cause ce qu'a dit M. Delacrausaz. Mais je pense qu'il fait preuve de beaucoup d'honnêteté de nous avouer que la science qu'il pratique possède de grosses limites, qu'elle n'est pas une science exacte, alors que tant de monde prétend se référer à celles qui le sont, pour redorer leur blason ou nous faire croire qu'ils peuvent faire eux-mêmes ce que d'autres ne font pas (dans le genre des grands marabouts ou autres lecteurs surdoués des boules de verre).

Comme l'a dit M. Maudet, je crois, on peut aussi imaginer qu'a la longue, la répétition de pareilles expertises à intervalles réguliers (tous les 2 ans ?) par les mêmes experts amènent une certaine lassitude au vu du folklore de tels verdicts et que pour ne pas être accusé de harcèlement ou de vouloir la peau de quelqu'un, ils finissent par dire oui à leur libération (le critère du coût supplémentaire de l'internement n'étant pas le principal problème au vu du nombre limité de ces cas).

On a aussi entendu comme cause possible le manque d'infrastructure disponible pour accueillir des cas qui devraient jouir du statut privilégié (plus de luxe encore !) pour des histoires de droit d'ancienneté par rapport à ceux qui "purgent".

Comme si un criminel qui a pris plusieurs vies devrait encore jouir de mille égards supplémentaires !

On ne purge pas la mort d'un seul innocent.
Alors en plus lorsqu'ils sont plusieurs… faudrait arrêter l'erreur judiciaire envers les victimes pour commencer !

Impossible à appliquer? C'est une blague? sean, 3040 messages Le 6 décembre 2013 à 18:59

C'est simplement une volonté politique. Rien n'empêche d'appliquer cette loi qui existe déjà. Mais je crois que face au Tribunal Fédéral qui s'amuse sans arrêt à annuler les condamnation à vie il faut inscrire dans la loi non pas la possibilité mais l'obligation.
Marre de voir des prédateurs dans la nature et faire en plus des peines de prison minables pas dignes des victimes et des potentielles victimes.
Comment défendre le fait qu'un assassin puisse faire que 10 ans de prison (même moins)? J'aimerais bien entendre un juge du tribunal fédéral sur la question!

Quelle justice voulons-nous ? Cyan, 3718 messages Le 9 décembre 2013 à 20:48

Personnellement, je n'ai pas voté pour l'internement à vie.
Parce que je crois qu'un homme change dans sa vie, et qu'il a droit à une rédemption.
De ce que je sais des condamnés à mort aux USA, l'homme exécuté dans la plupart des cas, n'a plus rien de commun avec celui qui fut en son temps condamné.
Je pense qu'il peut en être de même de toute personne après plus de dix ans de prison.
Sauf hélas exception.
Les tueurs en série, les truands professionnels issus du crime organisé.
Un sociopathe restera toujours un sociopathe.
Un mafieux restera toujours un mafieux.
Je pense personnellement que l'internement à vie, ne peut pas être décidé lors du procès, mais envisagée comme possible.
J'imagine qu'au lieu de laisser des experts décider en fin de peine la libération du prévenu, une autre procédure, avec un jury populaire devrait être menée.
Comme le procès initial pour juger de la peine et décider de la condamnation, un autre procès pour juger si la personne peut être libérée ou doit rester internée sur une durée plus longue ou à vie.




Nouvelle intervention dans le forum "Internement à vie: impossible à appliquer?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Internement à vie : impossible à appliquer ?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.