Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 7 mai 2013 à 22:40

Le miracle économique suisse: jusqu'à quand?

  • Le miracle économique suisse : jusqu'à quand ? [1:02:26 min.]
  • Miracle suisse, version courte [05:17 min.]

L'hebdomadaire britannique The Economist l'avait écrit il y a quelques mois: le meilleur pays où naître en 2013, c'est la Suisse! La vie y serait "la plus saine, la plus sûre et surtout la plus prospère"! En tout cas, côté économique, les indicateurs sont tous au beau fixe. Le taux de chômage ne dépasse pas les 3%, les salaires augmentent, nos entreprises exportent et notre système de formation fait des envieux à l'étranger. Qui dit mieux ? Comment expliquer cet îlot de prospérité au milieu d'une Europe en crise? Ce modèle va-t-il durer? Comment faire pour le préserver? Est-ce que tout le monde en profite? Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Reportage de Mise au point du dimanche 5 mai 2013 sur l'économie suisse qui défie la crise

Si vous voulez venir assister à l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59.

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Pierre-Yves Maillard, président du gouvernement vaudois, chef du Département de la santé et de l'action sociale, en duplex de Lausanne

Stéphane Garelli, professeur IMD et directeur du Centre de la compétitivité mondiale

Claude Smadja, président de Smadja Associates Conseil Stratégique

Yves Defferrard, secrétaire syndical UNIA, Vaud, responsable du secteur industrie

Charles Wyplosz, professeur d'économie à l'IHEID, Institut des Hautes études internationales et du développement

François Garçon, auteur du livre «Le Modèle Suisse», Editions Perrin, 2011, en duplex de Paris

anonymous icon Une idée de débat pour ir JCP, 43 messages Le 27 mai 2013 à 16:22

Nos institutions cantonales et fédérales seront elles capables de " réduire la voilure " lorsque le miracle économique prendra fin ?
Ou alors vont elles simplement presser le citron encore un peu plus fort ?

anonymous icon POUDRE AUX YEUX ombredeshin, 1081 messages Le 3 mai 2013 à 15:27

que tout cela.

Certes, pour le moment l'économie surchauffe en Suisse. Tout le monde a du boulot ou presque.

Et surtout tout le monde veut venir ici.

Les appartements sont tellement chers qu'on ne peut même plus se permettre d'en louer un. Sur la côte, dans la vitrine d'une agence en face de la gare à Nyon seulement un studio à St-Cergue pour 735 francs, sinon, tout entre 3'000 et 7'000 francs.

Chaque fois qu'on prend sa voiture on tombe dans un bouchon car les routes sont en totale surcharge.

"La vie y serait "la plus saine, la plus sûre et la plus prospère"!"

Alors là c'est du passé, à moins de vivre au Stachelberg où dans une vallée totalement reculée, voir ce qui précède.

Notre vie maintenant:
perte totale d'identité
stress sur les routes
stress pour trouver un boulot à cause de la concurrence étrangère
stress pour arriver à tout payer à la fin du mois car notre revenu s'amenuise de mois en mois,
enfin stress pour se loger, pour garder son logement.

La joie quoi!

anonymous icon A la cour des miracles ! RedShark56, 172 messages Le 6 mai 2013 à 15:32

Si l’on se réfère à l’étude du Global Benchmark Report 2013 sur la compétitivité des pays de l’OCDE, dans le contexte mondial, l’îlot helvétique y trône à la première place, ce qui fait de lui le territoire le plus compétitif de l’OCDE.
Par ailleurs, l’îlot helvétique a su se démarquer sur la scène internationale en empruntant des chemins de tailles - prospères – et issus des enjeux de demain. Une nette progression des tractations liées aux accords de libre-échange en Asie du Sud Est, par exemple. De même qu’une avancée significative dans les négociations avec un partenaire économique de choix (une bonne nouvelle). L’empire du milieu, de surcroît, la Chine. Ors, bien que plusieurs chantiers semblent en bonne voie, d’autres ont essuyé vents et raz de marées tuant ‘’ la poule aux oeufs d’or ‘’ ; forçant ainsi un concept politique archaïque à se mettre à poils face à des intérêts, devenus eux aussi, mondialisés. Par conséquent, en période de changement de paradigme, vaut mieux parfois réajuster sa vision sectaire, cessez de camper coût que coût sur des anciennes positions improductives que privilégier un autre précipice dans un jeu perdu d’avance. A ce sujet, EWS, semble rejoindre les sentiers battus : ‘’ Sans anticiper, je peux dire que nous sommes disposés à participer aux discussions concernant l'échange d'informations sous certaines conditions ‘’ (sic). ‘’ Il faut conserver une place financière forte et compétitive ‘’ en Suisse en défendant ‘’ la qualité, la stabilité et l'intégrité ‘’ (sic). Par contre, sur le règlement du passé, les vieux démons sont toujours dans l’air du temps.

Par ailleurs, au sein d’économies globalisées, l’îlot helvétique - quant à sa participation active au marché intérieur européen ou à son implication à d’autres sujets politiques se rapportant à l’Union, pourra –t- il toujours surfer sur la voie du bilatéralisme ? Sous la forme actuelle, j’en doute fortement. Là, le bât pourrait altérer l’avenir.

Enfin, s’il est indéniable que l’îlot de prospérité représente toujours un véritable Eldorado, il n’en demeure pas moins que celui-ci carbure à deux vitesses. La classe privilégiée ne cesse de prospérer (donc s’enrichir), alors que la classe populaire n’a de cesse de constater son pouvoir d’achat s’éroder (entre-autres, par des prix du logement qui n’ont de cesse de prendre l’ascendant : ‘’la hausse quasi ininterrompue des risques sur le marché immobilier helvétique ces quatre dernières années se poursuit. Fin 2008, l'indice se situait encore dans la zone d'équilibre avec moins 0,72 point, et il a depuis augmenté de 0,11 point chaque trimestre, souligne UBS. Pendant cette période, la Suisse est le pays européen qui a enregistré la plus forte augmentation des prix pour l'immobilier résidentiel, avec une hausse réelle supérieure à 20%’’). Puis, si l’on se réfère à l’indicateur synthétique de 2010 – coefficient de Gini - (faute de données plus récentes en CH) la Suisse, avec 29,6, se trouve dans la moyenne européenne en ce qui concerne l'inégalité de distribution des revenus. L’indice de Gini (sans prise en compte du loyer fictif) varie chez nos voisins, entre 26,1 (Autriche), 29,3 (Allemagne), 29.9 (France) et 31,2 (Italie). Il est en moyenne de 30,5 pour l’ensemble de l’Union Européenne. On ne peut donc que raisonnablement s’interroger.

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/20/03/blank/key/02/06.html

En conclusion, sans vouloir établir un remake de la lutte des classes, (je suis apolitique de surcroît) la Suisse verra indéniablement son fossé se creuser, transformant ainsi son Eldorado en une cité princière pour ultra-riches privilégiés. Un territoire propre à la survie pour celui qui sera monté dans le mauvais wagon ou qui aura été oublié sur le quai. Un no man’s land pour immigré en quête de charité économique. Une terre d’asile à ‘’ bon marché ‘’ pour réfugiés (carte de visite de la Suisse…oblige).

De manière générale, oui...il est vrai qu’il fait bon vivre en Suisse !

Monsieur Maillard : c'est de la naïveté, vous ne voyez pas les vrais problèmes Capricio, 1773 messages Le 7 mai 2013 à 23:55

les vrais problèmes que nous avons avec les étrangers vous ne les voyez pas parce que vous refusez de les voir.
Quant à nous citer les hôpitaux : j'ai travaillé plusieurs années dans un bon hôpital lausannois, eh bien les infirmières qui revendiquent, râlent, font de l'absentéisme, volent, ce sont les étrangères PAS les suissesses !
Donc que les suissesses apprennent ce métier au lieu d'embaucher des gens qui ne cessent de critiquer la Suisse et revendiquent encore et encore et ne sont jamais contentes.

Passez des théories à la réalité M. Maillard !

Quant à l'élection par le peuple du conseil fédéral elle est une nécessité absolue maintenant, cela ne peut plus continuer ainsi.

Quand au jeune couple que vous citez : faudrait peut-être réfléchir avant de faire deux gamins alors qu'on n'a même pas de meubles non ? Et de prendre un leasing ?
Les gens se déresponsabilisent M. Maillard, ils ne font pas face, sont immatures.
Et ensuite on les soutient avec des subventionnés, des aides sociales de toutes sortes et vous voulez encore les féliciter ?

Vous avez eu de bonnes idées mais toujours TROP à gauche, toujours excessif. Dommage.





Claude Smadja au Conseil fédéral. Et vite ! Capricio, 1773 messages Le 7 mai 2013 à 23:57

De concert avec M. Garelli ils feraient du bon travail. Des réalistes EUX et qui osent dire les choses.

Un milliard de pièces de 5 cts ! La modération d'IR fait chier, 1837 messages Le 10 mai 2013 à 19:44

C'est ce qu'affirme la page 112 du Télétexte, alors qu'un conseiller national proposait de la supprimer pour des raisons de coûts de fabrication.

Car oui, faudrait croire qu'il faudrait encore en fabriquer, car ça nous manque les pièces de 5 en période de solde pour faire des prix qui ne valent pas un rond.

Bon voyons voir que je vous calcule ça. Donc en partant de 8 millions d'habitants en Suisse, cela fait que la famille modèle de 4 personnes, en moyenne suisse, soit papi, mami, le grand qu'aura 2 ans sous peu et la petite qui ne mouille pas encore complètement son pampers, nous thésaurise pas moins de 500 pièces de 5 cts à eux quatre. Et il en manquerait encore pour qu'on doive en fabriquer !

Ben, c'est pas le chômage qui les guette, ces fabricants-là : devraient exporter un peu plus dans l'UE des fois qu'ils les fondrait pour se fabriquer leurs porte-avions (lorsque l'acide déruregie ne va plus, rien ne va)

Y'aurait même des sacrés collectionneurs au pays des montres et il serait temps de traire sa bourse à l'heure.

Reste l'hypothèses d'une erreur d'impression (car visiblement je le suis) : ce serait alors un million et non un milliard. Ce qui nous fait tout de même que une personne sur 8 aurait ce célèbre objet en sa possession, au bas fond de sa bourse. Voyons voir, quand est-ce que je me suis débarrassé de la dernière ?

Décidément, j'y comprend rien à la haute finance.

Pis, soyons franc. J'ai l'air malin, moi, pendant ce temps-là, en ne collectionnant que le papier qui a trois zéros derrière l'unité ! En francs, pas en euros, ni en drachmes ou en lires ! Hé, ho, je vis avec Montand, moi monsieur le presse-rondelle !

Et dire que nos appartes sont trop petits.... et nos déménageurs, qu'il faut importer, trop chers... (on devrait les payer avec des 5 pour faire bon poids)

Heureusement que le plus lourd que l'air s'envole: l'Ascension nous sauvera tous !

anonymous icon TOUT BAIGNE ombredeshin, 1081 messages Le 9 mai 2013 à 15:14

Eh oui, les suisses sont le peuple le plus heureux du monde! C'est ce que pensent nos chers voisins jaloux.

Savent-ils que les suisses, en moyenne, dépensent plus d'argent en médicaments et frais médicaux que pour se nourrir?

Savent-ils que la consommation de cocaïne, en Suisse, atteint des sommets?

Que le taux de suicide en est un des plus élevés du monde?

A leur avis, pourquoi?

Aucun miracle Larry, 12074 messages Le 7 mai 2013 à 20:22

Un pays avec un niveau d'endettement étatique sensiblement plus bas que la moyenne et un droit du travail également moins rigide que la moyenne connaît moins de chômage que les autres. Cela dit, de gros nuages planent sur ledit pays, à commencer par les 2 grandes banques et leurs bilans toxiques (lorsque la bulle immobilière implosera, les banques cantonales ne seront pas en reste non plus, du moins certaines d'entre elles). Un autre danger est l'incapacité (quand ce n'est pas le manque de volonté) du gouvernement de défendre les intérêts du pays face au chantage permanent auquel il est soumis. Au nombre des actifs, on notera que l'esprit de résistance est de plus en plus répandu dans la population et le rejet de l'UE plus fort que jamais.

anonymous icon Je cherche Univers, 13 messages Le 8 mai 2013 à 1:26

où est cet eldorado dont on a parlé dans l'émission ? Cette fiction n’est en tous cas pas le pays dans lequel je vis qui s’appelle pourtant la Suisse.
Peut-être pourrait-on croire à cet ilot paradisiaque
si l’on n’est pas en train de chercher un appartement (surtout dans l’arc lémanique)
si l’on n’est pas en train de chercher une place d’apprentissage
si l’on n’est pas en attente d’une rente AI
si l’on n’a pas dans son tiroir une facture de dentiste à payer
si l’on n’est pas au chômage à plus de 45 ans ou en fin de chômage à plus de 50 ans
si l’on ignore le prix du kg de bœuf dans son supermarché, super cher
si le rêve de sa vie n’est pas d’être propriétaire de son logement
si l’on ne cherche pas une place de crêche pour son bambin
si l’on ne rêve pas de travailler seulement 40 heures par semaine, comme il est écrit dans son contrat de travail
si l’on oublie la situation actuelle de ses enfants, et leur avenir, eux, jeunes couples, qui ne peuvent pas mettre un sou de côté, ou qui, divorcés reviennent vivre à la maison, faute de logement, de moyens
si l’on tait ce qui reste d’un « mirobolant » salaire familial brut de fr. 5’000.--par exemple, quand on a payé les charges fixes et la nourriture
En bref, si l’on n’est pas dans la classe moyenne !
Pourquoi autant de si pour un pays si riche, si épargné par la crise ?

anonymous icon Bravo M. Smadja! Luc Reno, 1 message Le 9 mai 2013 à 7:01

M. Smadja a tout la raison. Il y a une "contamination" de part des immigrants. J'habite aux Etats-Unis "terre d'immigrants". Je suis né ici et je ne reconnais plus mon pays. Ces cultures qui voient le travail comme de l'exploitation ont remplacé l'éthique de travail américain. Ils ont tordu notre culture (et oui, il y une culture américaine pour ceux que n'y croit pas; au moins il y en avait). Moi, je suis prof de lycée et je dois lutter contre des étudiants ET LEURS PARENTS tous les jours pour les convaincre que étudier, se capaciter et travailler sont des choses importantes. Tous croient qu'ils ont le droit de vivre au dépense d'autrui. Ma femme vient du Mexique. Elle me demande tout le temps pourquoi nous permettons autant de gens ingrats entrer au pays. Pourquoi est-ce qu'ils sont venus ici s'ils veulent réproduire les mêmes conditions nocives dans leurs pays d'origine? Chaque immigrant apporte deux bras pour travailler, c'est vrai, mais il apporte aussi une bouche pour se plaindre et des pieds (et un placard) pour se manifester dans la rue. Écoutez M. Smadja les Suisses. Protegez votre pays et votre culture de la contamination.

anonymous icon Merci au président de Smadja Associates Conseil Stratégique RedShark56, 172 messages Le 8 mai 2013 à 0:15

J'ai assisté ce soir à un brainstorming commercial, sans plus, ormis les quelques interventions de Monsieur Smadja pour tenter d'élever un peu le niveau.

Nous restons donc, comme de coutume, dans le politiquement correct, la langue de bois, tout en évitant soigneusement les questions d'avenir.

anonymous icon SMS Marion Balet, 1 message Le 7 mai 2013 à 23:32

Mr Maillard n'est pas confronté à la mentalité des arrivants !

Nouvelle intervention dans le forum "Le miracle économique suisse: jusqu'à quand?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Le miracle économique suisse: jusqu'à quand?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.