Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 6 mars 2013 à 20:15

Allo docteur, parlez-vous français?

  • Allo docteur, vous parlez français ? [1:03:40 min.]
  • La médecine en Suisse, version courte [04:18 min.]

Les médecins étrangers sont de plus en plus nombreux à venir s'installer en Suisse. Il faut dire que notre pays ne forme pas assez de médecins et qu'avec la libre circulation des personnes la reconnaissance des diplômes est devenue chose facile. Alors faut-il s'inquiéter de cette situation? Comment s'assurer que son médecin parlera encore français à l'avenir? Faut-il geler toute nouvelle ouverture de cabinet médical? Ne faudrait-il pas aussi revaloriser le rôle des médecins de famille et des infirmières?

La RTS vous propose une grande soirée spéciale santé mercredi 6 mars. Dès 20h15, vous pourrez découvrir les reportages de 36.9, puis INFRAROUGE prendra le relais vers 20h50 pour un grand débat avec notamment le conseiller fédéral Alain Berset.

Si vous avez été confronté à un médecin étranger ne parlant pas français, merci de nous envoyer un mail à infrarouge@rts.ch

Site de l'émission 36,9°

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Alain Berset, conseiller fédéral, Département fédéral de l'intérieur

Anne-Geneviève Bütikofer, secrétaire générale FMH

Michel Thentz, ministre jurassien, Département santé, affaires sociales, personnel et commune

Pierre-François Unger, conseiller d'Etat, GE, Département affaires régionales, économie et santé

Pierre-François Leyvraz, directeur du CHUV, chirurgien-orthopédiste

Philippe Carruzzo, président de l'Association des étudiants en médecine de Suisse

Mario Desmedt, infirmier, Directeur de soin à l'Hôpital du Valais, membre du comité de l'Association suisse des directrices et directeurs des services infirmiers

... sean, 3040 messages Le 27 février 2013 à 14:31

Peut-être que si les études de médecine en Suisse ne seraient pas aussi compliquées (et une partie des cours inutiles, comme la physique) il y aurait plus de docteurs suisses!
La première année de médecine à la fac est là uniquement pour éliminer et non pas pour instruire!

y a quand même un problème!

Danke Herr Doktor! Bakounine, 2858 messages Le 2 mars 2013 à 0:34

La Suisse est en manque chronique de personnel qualifié, la raison en est le manque de cohérence et de coordination sur le plan national.

Chacun dans son canton se croit plus intelligent que son voisin, il appelle cela la concurrence, quant au final, on le voit dans tous les secteurs, nous manquons de Professeurs, de Techniciens, d'Informaticiens, de Docteurs, donc en toute logique ceux-ci viennent des Grands Etats qui nous entourent.

Des Grandes écoles fédérales, qui ne sont pas soumises à la bêtise des inégalités et irrégularités dues au marché, (et je ne parle même pas du sponsoring ou de toutes autre formes de nivellement par le bas), afin de pouvoir offrir à nos futures Docteurs toutes les bases d'une formation de très haut niveau, et surtout de ne pas avoir, comme dans chaque économie libérales de fausses barrières budgétaires empêchant de former le nombre de personnes dont notre société a besoin.

Le jour où l'on comprendra enfin que la santé et la formation ne sont pas des produits de consommation, nous aurons effectué un tel progrès que tous les problèmes se résoudrons par la planification des besoins et non pas par l'avidité des résultats financiers.

D’ici là, un grand merci à tous ces docteurs et autres professeurs, ingénieurs, chercheurs, physiciens étrangers qui quittent leurs beau pays afin d’aider la petite suisse.

anonymous icon Le jeune future docteur Caruzzo est bien sympa ombredeshin, 1081 messages Le 8 mars 2013 à 15:29

mais ne se rend peut-être pas compte, lorsqu'il se plaint qu'il gagne peu en stage et qu'il devrai payer 2'200 francs pour ses examens: QUE L'ENSEMBLE DE SES ETUDES AURONT COÛTE DES DIZAINES, VOIRE CENTAINES DE MILLIERS DE FRANCS au contribuable suisse!

Remboursera-t-il un jour cette somme avec ses impôts? Pas sûr.

Mais il semble motivé et s'il nous soigne bien, alors, on paie volontiers, mais il doit être conscient que d'autres font d'énormes sacrifices pour qu'il puisse faire ses études: les contribuables vaches à lait de la classe moyenne qui se font de plus en plus étrier par l'état!

avatar de Courage dit-il Etrange question ! Courage dit-il, 7228 messages Le 26 février 2013 à 18:39

Pour quiconque a voyagé, la langue que parle le médecin qui vient à votre secours n'est pas le principal: d'abord il faut qu'il soit COMPéTENT !

Quant aux interventions étatiques du genre "moratoires" ou "numerus clausus", le remède me semble - à l'expérience - bien pire que le mal - à OUBLIER; nous leur devons l'actuelle pénurie directement ... :=((

La Suisse bientôt en main étrangère AB, 4949 messages Le 27 février 2013 à 17:00

Plus de dirigeants suisses dans "nos" multinationales, augmentation du nombre de médecins étrangers et interdiction aux Suisses de se former, concurrence de frontaliers, etc.

Notre pays est en train de se vendre à l'étranger. Il faut réagir san quoi nos enfants iront au-devant de grandes difficultés.

Madeleine. Luisa Schneider, 5 messages Le 8 mars 2013 à 0:42

Une table rond de très haute niveau : l’intervention de l’étudiant Philippe Carruzo à été très claire et juste,
Il faut à l’immédiate un appui plus solide et concret de la part du gouvernement aux étudiants de médecins, des jeunes que subissent un double échec ne peuvent pas continuer alors qu’ils ont les compétences nécessaires pour devenir un bon médecin, arrêter de trier lés étudiants à l’évidence ces gens profitent du système sans vouloir donner la possibilité aux jeunes suisses de devenir un bon professionnel.
En ce que concerne les médecins qui viennent du pays étranger et que ne savent pas parler le Français, Ça peut devenir très dangereuses, regardez les erreurs de diagnostics à l’hôpital cantonal, les erreurs de traitements médicaux, de dosage de médicaments sans parler du manque de tact de certains médecins, on dirait que on jeux avec la vie des patients. J’espère que M.Berset prendra en compte toute ce qui à été dit et s’intéresser à cultiver des grains suisse car après on aura la récolte.

anonymous icon ...heureusement que notre démocratie à voté contre les réseaux... Stellla, 1 message Le 7 mars 2013 à 16:26

Alors que clairement on va nous les imposer.
C'est dit: travailler en groupe, favoriser les cabinets avec plusieurs spécialités, dès la formation, préparer les étudiants aux cabinets à plusieurs..... La belle blague ! Nous y allons! En réseau!
...le domaine des assurances en à bien besoin, d'un peu plus de pouvoir encore......

Lorsque un jour, peut-être ( espoir) on remettra l'humain au centre des préoccupations, ce genre de débat aurait un sens .

Je suis totalement fâché hubert, 147 messages Le 6 mars 2013 à 11:32

Alors on va chercher des médecins dans les pays frontaliers, mais par contre dans nos universités on met des cotas.

Par année 150 universitaires sont admis en deuxième année, mais sur ces 150 combien continu leurs études ?

En fin de compte pas tellement, c'est d'une telle hypocrisie que j'en suis totalement caché. Surtout pour ma fille qui a passé par la !

Mais en Suisse on fait tout pour freiner les études ! Car on ne veut surtout pas trop dépenser d'argent, soit pour le collège que pour l'université.

C'est une honte, d'ailleurs regardez dans nos écoles obligatoire, on prône surtout pour les apprentissages que pour les études et surtout en Valais.
On vous dira que c'est pas vrai, mais pourtant c'est la réalité vu par pas mal de parents.

La je suis véritablement fâché.

anonymous icon Les infirmières Brinda, 2 messages Le 6 mars 2013 à 21:08

Les infirmières de pratique avancée pourraient "compenser" cette pénurie mais comment ? alors que ma futur profession souffre du même problème ? De plus, les médecins sont-ils prêts à laisser les infirmières empiéter sur leur terrain ?

anonymous icon Et le personnel enaudi, 888 messages Le 4 mars 2013 à 18:58

le personnel comme infirmiéres et autres spécialistes ils viennent aussi de l étranger car il y a un manque de personnes motivées par ces proffessions

anonymous icon Et les femmes alors! Nussli, 1 message Le 6 mars 2013 à 21:14

On ne forme pas assez de médecins en suisse, déjà ça c'est dommage!mais en plus sachant que depuis 10ans plus de 50%de médecins diplômés sont des femmes il faut noter que les formations à temps partiel sont toujours quasi impossible à obtenir, les place en crèche sont quasi introuvable dans des structures aux horaires adaptes aux horaires des médecins en formation, on se trouve face à un système qui démotive une grande partie des femmes (et des hommes aussi) a travailler après leurs études! On investit non seulement pas assez dans notre formation mais en plus on n investit pas dans notre "aide"au travail!La suisse doit changer sa politique face à tête situation!

anonymous icon Etudes en Suisse tout est fait pour freiner les études roro, 3 messages Le 6 mars 2013 à 21:36

Je suis entièrement d'accord avec hubert, tout est fait en Suisse pour mettre les bâtons dans les roues, maturité fédérale lourde et ne correspondant souvent pas au choix de l'étudiant; ce n'est pas que la médecine qui est touchée par le phénomène mécanique, employés de commerce, comptable, infirmière, etc. A l'étranger les formations sont simplifiées, en Suisse les formations sont amplifiées.

Nouvelle intervention dans le forum "Allo docteur, parlez-vous français?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Allo docteur, parlez-vous français?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.