Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 19 octobre 2010 à 22:25

Tous au suisse-allemand?

  • Tous au suisse-allemand ? [58:39 min.]
  • Les meilleurs moments du débat sur le suisse-allemand [04:27 min.]

Alors que le monde francophone va se réunir à Montreux, la guerre des langues fait rage en Suisse depuis que le Vert Antonio Hodgers a osé critiquer le suisse-allemand. A quoi sert-il d'apprendre le hochdeutsch puisque nos compatriotes parlent le dialecte? Ne devrait-on pas tous se mettre à l'anglais ou au suisse-allemand? Infrarouge ouvre le débat.

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Antonio Hodgers, conseiller national, les Verts, Genève

Andreas Auer, professeur de droit constitutionnel, Université de Zurich

Jean-Frédéric Jauslin, directeur de l'Office fédéral de la culture

Anne Cuneo, journaliste, écrivain

Philippe Nantermod, co-président des Jeunes libéraux-radicaux

Renata Libal, journaliste

Luc Barthassat, conseiller national, PDC, Genève

Rose Bader, enseignante de suisse-allemand, Universaité polulaire de Lausanne

Loi fédérale sur les langues nationales

Le site d'Helvetia Latina, pour la pluralité culturelle de la Suisse

Un peu d'exercice: une émission en suisse allemand sur le suisse allemand!

Le blog de Philippe Nantermod: un article sur le bilinguisme en Suisse

anonymous icon Et les romanche dans tout ça? NyotheNeko, 1 message Le 19 octobre 2010 à 23:29

Sérieusement, il faut un peu que nous (les romands) arrêtions de nous poser en victimes. Oui, d'accord, au conseil fédéral les suisses allemands essaient toujours de nous ravir la place de conseiller fédéral qui nous revient, oui ils parlent suisse allemand même sur les chaînes publiques, oui ils parlent le suisse allemand alors qu'ils ne devraient pas forcément, et ça me gêne tout autant, bien que de langue maternelle allemande - car j'avoue que contrairement à ce qui a été dit pendant le débat, oui je suis allemande, et non je ne comprends pas le 3/4 de ce que les suisse allemands me disent.

Mais les italiens, ou encore le romanche, sont une minorité encore plus petite que nous, et les romands semblent les oublier. Surtout que bon, eux aussi auraient le droit à un conseiller fédéral. Et désolé de le dire, mais qui de chez nous parle l'italien à l'école? L'italien est aussi une langue nationale, tout comme le romanche, et personnellement, je ne comprends ni parle ni l'un ni l'autre. D'ailleurs, aucun cursus n'est proposé à l'école pour apprendre ces deux langues.

Après, d'accord, c'est loin du débat, très loin, et c'est vrai que nous tous devront apprendre et parler, pour ce qui est du publique, uniquement de l'allemand ou du français. Il est vrai cependant, que les romands n'ont pas ce problème, vue que notre "dialecte" est relativement proche du français de Molière, mais avouez que bon, rühriraschli, ça veut absolument rien dire en allemand, donc oui, le Hochdeutsch est une autre langue que le suisse-allemand, mais le suisse-allemand n'est pas une langue officielle. Donc on parle l'allemand, point. Après, en famille, on s'en fiche, qu'ils parlent ce qu'ils veulent!

Et quand même, nous devrions tous nous mettre à l'italien aussi. Histoire de bien avoir quatre langues (je compte ici l'anglais et non pas le romanche) à la fin de nos années de maturité en poche.

SMS JLR, 294 messages Le 19 octobre 2010 à 10:57

VIVE LA FOIRE AUX OIGNONS, UNE MANIèRE DE PARLER ET D'AIMER SON PAYS ... UNE BASE D'ALLEMAND ET LE LANGAGE DE LA RéGION UN PEU.

Antonio HODGERS, pourquoi toujours lui??? , message Le 18 octobre 2010 à 15:17

Ce Monsieur qui veut mettre son grain de sel partout n'est même pas un véritable suisse! Pourquoi toujours l'inviter? Bon il apprend le suisse-allemand, mais pour moi ce n'est qu'un coup d'éclat pour se rendre intéressant!

N'y a-t-il personne d'autre INFRA???

Quant au thème de votre débat, voilà ce qu'il faut en dire:

les suisse-allemands, eux, apprennent volontiers le français et se donnent toujours la peine d'essayer de le parler, lorsqu'ils constatent qu'on est romand.

Il est clair que le suisse-allemand est bien plus difficile à apprendre, étant donné ses nombreuses versions.

De plus, il s'agit de dialectes qui portent atteinte à la pureté de la langue originale. La langue du grand Goethe.

Mais les suisses-allemands font toutes leurs classes en Hochdeutsch. Ce qui veut dire qu'ils peuvent tout à fait nous comprendre lorsque nous voulons leur parler en allemand.

Donc. apprenons l'allemand
et demandons à nos amis et concitoyens d'outre-sarine de bien vouloir parler Hochdeutsch lorsqu'ils sont interwiewés aux nouvelles de la TV alémanique, ainsi que de nous donner la météo en bon allemand.

Ainsi nous pourrons tous nous comprendre mieux, et nous pourrons nous rendre plus au nord, chez les allemands, par la même occasion.

anonymous icon DIALOGUE DIFFICILE...faisons mutuellement un effort WEGA , 1 message Le 20 octobre 2010 à 16:07

En tant que Suissesse allemande, je n'aime pas non plus m'exprimer en bon allemand, mais je trouve que c'est un MANQUE DE POLITESSE de mener des débats politiques ou télévisés (au Palais Fédéral ou à l'émission "Arena" p.ex.) en suisse allemand en présence de personnes qui ne comprennent pas nos dialectes. Il me paraît absurde d'attendre d'un "non Suisse allemand" qu'il apprenne en plus du "bon allemand", obligatoire à l'école, notre dialecte.... d'ailleurs lequel !??
Je salue l'éffort de M. Hodgers d'apprendre un de nos dialectes et l'encourage en même temps, comme Mme Anne Cuneo l'a si bien dit, à demander aux personnes concernées de bien vouloir s'exprimer en "bon allemand", NOTRE LANGUE ECRITE ET OFFICIELLE !

anonymous icon Le tolliet du village Panda, 855 messages Le 21 octobre 2010 à 2:04

En patois vaudois on dirait que "l'Tonio est un vrai tolliet". Il s'est comporté comme le taguenet du bled.
Il n'est pas nécessaire de connaitre bien le suisse-allemand pour découvrir que cette langue a du charme et qu'elle vit.

Le francais académique devrait maintenant s'appeler francais ancien, comme il existe le grec ancien.
A Toulouse, à Lyon, à Marseille, en Bretagne, à Paris, à Bamako, à Yverdon ou au Canada, on ne parle pas le même francais qu'à l'Académie.

Des mots, des prononciations et des accents nouveaux sont pratiqués pour le francais. On ne critique pas les Québéquois pour leur parler et on ne leur demande pas de parler francais quand on va les visiter.

Les suisses-allemands ont le mérite de faire vivre l'allemand, de le faire évoluer et il s'en portent très bien.

J'attends de voir Mr Hodgers reprendre un Genevois dans la rue lorsqu'il entendra "d'Dieu, d'Dieu, c'est qui ce nière!"

avatar de rougedehonte Hop witz ... rougedehonte, 915 messages Le 27 octobre 2010 à 14:46

of course !

Allemand ou Suisse-Allemand Nostalgeek, 23 messages Le 26 octobre 2010 à 13:10

Assez... Ces langue ou dialectes à apprendre à l'école, ne servent absolument à rien, si ce n'est à perdre des heures pour une langue dont on ne se servira pas.

Depuis toujours, mes contacts professionnels avec la Suisse allemande se font en anglais, langue facile et à la portée de chacun, utilisable dans le monde entier.

Je suis également outrée depuis bien longtemps par le fait de devoir faire ses études en allemand si l'on désire être vétérinaire par exemple.

L'anglais, même si certains disent qu'il s'agit d'une langue déjà dépassée, est utilisée partout, même un anglais de base permet de se comprendre.

L'allemand ? A part l'Allemagne et l'Autriche, et la Suisse allemande, je ne vois pas où il servirait.

Quand à son apprentissage, il n'a rien de ludique et explique certainement le dégoût de cette langue. Il serait peut-être temps d'apprendre à le parler, par des jeux et des méthodes sympathiques,avec des exercices pratiques, des phrases utilisables lors d'un séjour ici ou là, avant de plonger les enfants dans sa grammaire infernale et de les dégoûter à jamais.

Nous avons tous, romands, suivi les cours d'allemand à l'école, et combien d'entre nous peuvent sortir 2 phrases 10 ans après la fin de nos études ? (je ne parle pas de ceux qui ont dû suivre une filière obligeant à parler couramment cette langue).

De plus, je pense sincèrement que notre mode de votation, balayant dans la plupart des cas les cantons non-alémaniques, n'aide pas à apprécier le suisse-allemand ou l'allemand...

Rien à faire guido.ch, 1 message Le 25 octobre 2010 à 21:41

Il y a rien à faire il y a des lois pratiques, le suisse allemand il faut au moins le comprendre...
Moi je suis italien et je crois que la plupart de ceux qui critiquent le suisse allemand ne maitrise meme pas l'allemand, donc ce sont des critiques stériles: chez soi on a le droit de s'exprimer dans sa propre langue meme si c'est un patois.

anonymous icon Et si on pouvait parler en Suisse-Allemand en lisant du haut Allemand? jullybobble, 1 message Le 24 octobre 2010 à 18:52

On peut distinguer le Suisse-Allemand du haut Allemand sur trois axes: 1) le vocabulaire 2) la grammaire, et 3) la prononciation. Je ne suis pas de langue maternelle suisse-allemande, mais l'ai assez souvent entendu et parle assez bien l'Allemand pour pouvoir en avoir une compréhension approximative. Et il me semble que, bien que le vocabulaire et la grammaire du Suisse-Allemand soient différents de l'Allemand, la différence la plus significative et la prononciation.

Par exemple, quand quelqu'un fait une faute de grammaire, comme fausse conjugaison, mauvais accord ou mauvais ordre des mots, ça rend la compréhension plus difficile, mais on arrive à en comprendre le sense. De même pour le vocabulaire: si on ne comprend pas un mot par-ci par-là, c'est pas bien grave, on comprend le sens général avec les autres mots et le contexte.

D'autre part, il me semble que ce qui pose le plus de problèmes à l'oral dans une langue étrangère, c'est la prononciation. Souvenez-vous, quand vous appreniez l'Allemand, l'Anglais ou une autre langue étrangère: il est beaucoup plus facile de comprendre un texte écrit que le même texte lu par une personne de langue maternelle. Si on lit le texte avec un fort accent français, c'est-à-dire le prononcer comme du français, on comprend presque aussi bien que si on le lisait nous-même?

Donc, si je résume, il me semble que la différence la plus significative entre le Suisse-Allemand et l'Allemand c'est la prononciation, et du même coup, la principale raison pour laquelle un Romand ayant appris l'Allemand ne comprend pas le Suisse-Allemand, c'est parce que la prononciation du Suisse-Allemand est tellement différente (pour lui) de la prononciation allemande qu'il a appris à l'école. J'en conclu que si on apprenait à lire l'Allemand à l'école avec une prononciation Suisse-Allemande, et que les leçons soient également prononcées de cette manière, alors il y aurait une différence beaucoup plus petite entre ce que les Romands apprennent à l'école et ce que les Suisse-Allemands parlent.

Exemples de règles de lectures:
 • "au" se prononcerait comme "uu": Haus -> Huus, auf -> uuf, aus -> uus
 • "ei" se prononcerait comme "ii": eis -> iis, wein -> wiin
 • b d et g se prononceraient comme p t et k
 • r se roule
 • k se casse (k -> kch)
 • ?
D'autres règles peuvent être dérivée de http://de.wikipedia.org/wiki/Schweizerdeutsch#Merkmale

Peut-être existe-t-il déjà des études linguistiques / pédagogiques à ce propos...?

Pour finir, je voudrais préciser que du haut Allemand prononcé comme du suisse-allemand n'est bien sûr pas du Suisse-Allemand. Il ne s'agit pas de créer un Suisse-Allemand standard, ou de réduire le suisse-allemand à un accent, mais juste d'enseigner aux Romands une prononciation du haut Allemand qui leur permette de comprendre avec moins d'efforts le Suisse-Allemand; ou de l'apprendre plus rapidement.

Qu'en pensez-vous?

M. Hodgers : je trouve tout à fait NORMAL que la TV suisse alémanique parle sa propre langue Capricio, 1773 messages Le 19 octobre 2010 à 15:31

pourquoi devrait-il faire leurs propres émissions dans une autre langue que leur langue maternelle ???
Pour les quelques romands qui regardent leurs émissions ? il doit y en avoir très très peu sauf ceux qui, comme vous, se mettent à apprendre le suisse allemand. Et les allemands résidant en suisse allemande ? Ils regardent leur propres chaînes allemandes je pense, tout comme les français regardent les chaînes françaises et les italiens regardent les leurs.

anonymous icon Ma langue maternelle est "Deutsch" Frau D., 3 messages Le 19 octobre 2010 à 23:03

C'est en Romandie qu'on m'a fait savoir que ma langue maternelle est le suisse-allemand et non pas l'allemand. Pour moi, c'était la même langue; le dialect suisse-allemand était parlé, le Hochdeutsch était la forme écrite, mais également parlée, dans plusieurs circonstances, p.ex. avec les étrangers.

anonymous icon Le "Mund Art" Le Dard, 231 messages Le 19 octobre 2010 à 7:51

Quand le Suisse Allémanique vous demandera: "verstehen Sie Mund Art?".Si oui, desuite il continuera en "Mund Art".(Schweizer Deutsch). Celà montre qu'ils se sent plus à laise en parlant la langue de son terroir.
L'aargovien, si il est aargovien. Pas celui de Zurich
(surtout pas) ni de Bâle.

Nouvelle intervention dans le forum "Tous au suisse-allemand?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Tous au suisse-allemand ?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.