Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 31 août 2010 à 22:25

Peine de mort: la démocratie à l'échafaud?

  • Peine de mort: les meilleurs moments du débat [05:18 min.]
  • Peine de mort: la démocratie à l'échafaud ? [48:49 min.]
  • L’interview intégrale de Robert Badinter [12:38 min.]

Peut-on réintroduire la peine de mort en Suisse pour les crimes à caractère sexuel? La question n'est plus taboue depuis qu'une initiative a relancé un débat que l'on croyait enterré. Elle a aujourd'hui été retirée mais ses auteurs menacent désormais de la relancer si la justice ne répond pas à ses revandications, à savoir boucler plus rapidement ses enquêtes quand les coupables sont identifiés. Mais peut-on utiliser notre démocratie directe comme outil de chantage? Après les initiatives sur l'internement à vie des criminels dangereux et les minarets, le temps n?est-il pas venu de limiter nos droits populaires? Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Si vous voulez venir assister à l'enregistrement de l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Yvan Perrin, conseiller national, UDC, Neuchâtel et vice-président de l'UDC Suisse

Antonio Hodgers, conseiller national, Les Verts, Genève

Suzette Sandoz, professeur ordinaire à la Faculté de droit (UNIL), ex-conseillère nationale

Jean Ziegler, vice-président du comité consultatif du conseil des droits de l'homme des Nations Unies

Evelyne Giordani, amie épistolaire du condamné à mort Hank Skinner

Interview exclusive de Robert Badinter, ancien garde des Sceaux qui a fait abolir la peine de mort en France en 1981

La peine de mort ou l’à peine de morts ? Nicolas Chang, 1 message Le 18 septembre 2013 à 11:12

Le verbe tuer est presque tabou dans notre langue, sauf s’il s’agit de ″tuer le temps″, mais dans certains pays on reçoit des médailles quand on tue les méchants ou les ennemis.
En Suisse, la peine de mort est un tabou qui s’accorde bien avec la notion de neutralité qui coûte malheureusement très cher.
Certains de nos compatriotes sont en général du genre ″ni pour ni contre, bien au contraire″ en ce qui concerne la peine de mort chez nous, mais en fabriquant de l’armement pour des pays en guerre (comme cela se fait), ils sont disons alors pour : ″l’à peine de morts″. C’est-à-dire que ce n’est pas notre problème si ça se passe ailleurs.
Ceci dit, pour améliorer les choses dans un pays qui paraît si tranquille et serein en première apparence et où il y a quand même des choses bizarres qui se passent, il serait peut-être mieux de recommencer à élever du bétail plutôt que de favoriser certaines technologies qui rapportent certes beaucoup d’argents, mais qui véhiculent un véritable malaise. Le système de consommation nous a amené à un point de non-retour qui nous prouve que le libre-échange ou le libéralisme modèle suisse et une utopie quant au bien être que cela peut réellement rapporter.
La paix intérieure n’a rien à voir avec l’absence de guerre et surtout cette ″neutralité″ qui se permet d’agir dans l’ombre en se faisant de l’argent de façon abjecte. La conséquence de cette hypocrisie infâme est la situation présente qui semble ne pas vouloir s’améliorer.
Je ne suis pas partisan de la peine de mort chez nous, mais par contre je ne suis pas non plus d’accord avec l’idée que notre pays se dise neutre et qu’il ait le droit de faire du commerce avec le matériel de guerre.
Ce qui s’est passé à la seconde guerre mondiale, où la Suisse a cherché à se protéger, n’a plus de sens dans la perspective où ce pays devient un des modèles du libre-échange et qu’il n’y a plus de frontière réelle. Cela voudrait dire que pour être juste, il faudrait totalement abolir l’exportation d’armes de guerre et contrôler les dérives des industries qui collaborent avec les puissances étrangères. Mais là, je risque ma peau en disant de telles choses, car l’argent est si sacré chez nous, qu’il ne faut jamais, mais alors jamais aller dans ce sens.
Le pire crime que l’on puisse commettre en Suisse ce n’est pas de tuer quelqu’un, mais c’est de toucher à son porte-monnaie. Si vous attaquez une banque ou vous faites du trafic d’or ou d’arme, vous risquez plus que si vous violez et tuez quelqu’un.
Celui qui s’occupe des parties vils de son corps et un homme vil et celui qui s’occupe des parties nobles de son corps est un homme noble (Yi jing). La Suisse est un peu trop préoccupée par sa bourse. La preuve en est, elle ressemble à une tirelire (cochon). Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait des gens malheureux dans ce pays bénis des dieux.
Le taux de chômage qui est en réalité téléguidé par les spécialistes de l’économie, est beaucoup trop bas en Suisse. Ainsi le gentil peuple mouton se dit fier de ce fait en croyant qu’il en bénéficie, mais c’est totalement faux. Le bon suisse qui est fier de payer ses télécommunications beaucoup trop élevée avec l’impression d’avoir de la qualité, ne se rend pas compte de la manipulation dont il est l’objet, l’esclave ou le pigeon.
En mettant au chômage les travailleurs de l’exportation du matériel de guerre et tous ceux qui travaillent dans l’ombre pour les pays qui utilisent nos technologies meurtrières, nous pourrions avoir un niveau de vie (financière) plus élevé, mais cela ne plaît pas aux industriels qui tirent les ficelles ce système corrompu. Ces gens préfèrent nous faire croire à des mensonges pour ainsi pouvoir faire encore plus de bénéfices.
Dans notre système économique, le taux de chômage est contrôlé par des spécialistes et s’il est trop bas, et bien c’est nous qui passons à la caisse. C’est une vérité. Si vous achetez le livre sur l’économie suisse qui est vendu à la poste, vous verrez que c’est simple. Pour cela il faut prendre un peu de temps pour essayer de comprendre. Depuis que les états empruntent de l’argent aux banques privées, le chômage est un moyen de levier qui permet de tondre les moutons, mais dans le sens inverse, c’est-à-dire que plus le chômage est élevé, plus les prix de consommations baissent. C’est très subtil car les bons suisses qui ont l’habitude de considérer le label ″qualité suisse″, se croient gagnant dans le fait qu’il ait chez eux un taux peu élevé de chômage comparé aux pays voisins. L’arnaque est tellement parfaite que le fait d’en parler ici, me vaudra certainement des jugements et l’idée que c’est absurde, ma foi, il me semble que c’est pourtant une réalité.


anonymous icon Démocratie fleurdepat, 1 message Le 2 mars 2011 à 14:53

Si la démocratie ne représente pour le peuple comme seul échappatoire que l'initiative désespérée comme un appel au secours à être enfin libres d'expression, oui elle représente des risques: Celui d'être manipulé, celui de ne pas agir par réflexion mais par émotion et peut-être celui de ne pas être tout à fait prêts à assumer les conséquences de cette votation. Comment peut-on ouvertement critiquer le peuple suisse de vouloir lancer une initiative, tout aussi "barbare" qu'elle nous semble l'être, alors que c'est le seul espace de liberté qui lui est encore accordé dans notre chère patrie?
Je ne citerai pour preuve que l'article 3.4 des conditions d'inscription de la T.S.R., là où je livre mes propos présentement. Oui on nous balise le chemin tout au long de notre vie avec la moralité, des valeurs de droit de l'homme, le sens de l'honneur, le racisme etc sur lesquels selon ces conditions ils nous est impossible de débattre. La Suisse placée sous l'aire des psychiatres ne veut pas laisser le peuple se passionner au travers des débats alors lorsqu'il se venge en lançant une initiative ne nous étonnons pas!

Limiter les droits populaires au bénéfice de qui? Larry, 12074 messages Le 30 août 2010 à 13:40

Une telle limitation se ferait dans le contexte politique actuel au profit de la classe politique, à éviter donc.

anonymous icon Peine de mort pour ceux qui trahissent la démocratie. tintinetmilou, 1 message Le 2 octobre 2010 à 20:09

Je suis contre la peine de mort, sauf pour ceux qui trahissent la démocratie ou travaillent contre elle.

Je suis français et affligé par la naïveté des suisses face à ceux qui disposent d'une stratégie européenne pour briser la démocratie Suisse.

Je connais trop l'enfer socialiste qu'est devenu la France sous Bruxelles, l'enfer qu'est la France sans démocratie directe, perpétuel pays de guerre civiles, pour que les suisses puissent tolérer que leur démocratie directe soit remise en question, pour que les suisses intègrent l'Union Européenne...

La prison à vie est suffisante pour les criminels, la peine de mort est indispensable pour l'ensemble de ceux qui trahissent la Démocratie, ou travaillent à l'abolir.

La peine de mort ne devrait s'appliquer qu'à ceux qui trahissent la souveraineté du peuple.

La France est aujourd'hui gouvernée par la gauche (Sarkozy est un socialiste), ces gens considèrent que la démocratie n'est viable, uniquement lorsque le peuple est favorable au socialisme. Ces gens considèrent que lorsque le peuple ne pensent pas comme eux, que lorsque le peuple n'est pas socialiste, il faut dissoudre le peuple, dissoudre la démocratie.

Ne laissez pas ces gens prendre la Suisse comme ils ont pris la France et l'Europe... cela commence par des débats à la TV et cela finit par le totalitarisme socialiste, comme en France...

Les seuls véritables fascistes qui existent aujourd'hui en Europe sont à gauche, car ces gens condamnent la démocratie et ne la défendent, uniquement lorsque le peuple par la démocratie fait leur seule volonté.
Dans le cas contraire, ils dissolvent le peuple.

Le véritable danger il est dans le faible taux de participation aux votations en Suisse, il est dans le fait que le peuple Suisse ne réalise pas à quel point l'Union Européenne va tout entreprendre pour les obliger à l'allégeance ou à la résistance.

Certains affirment qu'il faudrait pouvoir voter par internet ! C'est justement ce que Bruxelles veut pour toute l'Europe afin de truquer les votes ! En France nous sommes parvenu de justesse à stopper la propagation des machines de vote électroniques, car il existe une véritable stratégie pour dépouiller les peuple du peu de démocratie qu'ils ont encore et de toute la démocratie dont le peuple Suisse jouit actuellement...

Suisse, surtout, ne dissolvez pas votre armée, vous pourriez contre l'empire pour assurer la pérennité de votre Démocratie, en avoir besoin.

Droit d'initiative en Suisse: un exemple , message Le 1 septembre 2010 à 17:12

57,5% de ceux qui ont le droit de vote ont voté oui à l'initiative dite anti-minarets. Avec une participation de 53%, cela nous fait donc:

30.5% des ayant-droits de vote en Suisse ont voté pour l'initiative anti-minarets.

Ce qui n'est pas énorme finalement et ce qui montre le pouvoir de décision d'une minorité de personnes en Suisse.

La démocratie n'est pas forcément la volonté d'une majorité de personnes. En fait, dans cet exemole on ne sait pas ce que pensent pas moins de 69% des ayant-droits de vote, sans compter ceux qui n?ont pas le droit de vote.

Intervention ptilum, 152 messages Le 30 août 2010 à 12:29

Que celui qui est "pour" aille lui-même exécuter la sentence.

Sans titre loris411, 5 messages Le 14 septembre 2010 à 23:58

quelques souvenirs d'école:
Je vous conseille de lire Les derniers jours d'un condamné à mort ou le livre de M. Badinter, tout deviendra plus clair à propos de la peine de mort. Mais si un jour une telle législation pouvait apparaître dans notre pays alors pourquoi pas penser en faveur d'une euthanasie active ou même peut-être une euthanasie obligatoire à la retraite se serait tellement moins chère pour les jeunes, mais quelle honte comment peut-on même proposer une telle initiative. La loie du thalion! Alors pourquoi mobilisons-nous pour cette iranienne et pourquoi crions nous haut et fort que les lois islmamistes sont archaïques puisque nous voudrions retourner vers une loie aussi barbare que la peine de mort.

anonymous icon Pas très glorieux fc2106, 7 messages Le 2 septembre 2010 à 15:29

Que l'on soit pour ou contre, je trouve pitoyable le simple fait d'ouvrir un débat comme celui-ci alors que le monde entier se mobilise contre l'exécution de la peine capitale envers une femme en Iran ...

Le monde musulman versinget, 2101 messages Le 11 septembre 2010 à 12:36

Ne risque-t-elle pas de fâcher une nouvelle fois le monde musulman?

Voici une fois encore la question posée. Osera-t-on encore dire que c'est du "racisme" de poser une telle question ?

Car c'est tout le paradoxe de nos fameux Droits de l'Homme, qui veulent faire de tous les Hommes des égaux alors qu'ils ne le sont pas visiblement, dans leur tête, leur éducation ou leur richesse matérielle et spirituelle.

Ces Droits qui exigent de nous que nous respections des "religions" qui se trouvent être parfois (comme c'est le cas d'une large partie de l'Islam) contraire par nature à ces mêmes Droits (la lapidation n'en étant qu'une facette, car le droit à une éducation plus "terrestre" et "équilibrée" n'est pas garanti non plus).

Ces mêmes Droits qui n'ont jamais fait l'objet d'une campagne de votation selon la démocratie de notre pays. Pourtant c'est au nom de ces Droites que la petite équipe de gauchistes qui les interprêtent au plus haut niveau de l'ONU (Monsieur Jean Ziegler en tête) voudrait que l'on musèle maintenant nos droits légitimes à nous exprimer, par voie d'initiative populaire notamment.

Il n'y a, à mon sens, pas de droits "divins" qui seraient fondamentaux pour l'Homme de respecter en dehors de ceux qu'il choisit consensuellement et qu'il doit rester libre de remettre en question dans le temps ou l'espace, ne serait-ce que parce que les coutumes sont historiquement locales, qu'elles changent, évoluent et correspondent à des fièretés locales qui se doivent d'être respectées localement.

Arrêtons une bonne fois avec cette nouvelle manie de vouloir rendre uniforme une planète qui ne l'est pas (mondialisation, globalisation) en jouant les missionnaires porteurs de la Sainte Vérité et balayons devant nos portes où il y a assez à faire.

Si l'on acceptait certains principes comme éternels, sans jamais les remettre en question, le Soleil tournerait toujours autour de la Terre, juste pour satisfaire une clique de religieux.

Il ne faut pas nous prendre pour des idiots ! myri, 236 messages Le 9 septembre 2010 à 21:36

L?initiative populaire doit suivre un processus bien défini : après une période de 18 mois pendant lesquels 100 000 signatures doivent être récoltées, l'initiative est déposée à la Chancellerie fédérale qui la valide. Déjà il est impensable de penser que 100 000 signatures peuvent être récoltées? et la comparaison avec la votation sur les minarets c?est indécente !

Pas de limitation du doit d'initiative par une instance politique mais... Laissez-faire, 393 messages Le 9 septembre 2010 à 21:29

Il y a bien mieux à faire. Une petite modification qui rendrait plus belle encore la démocratie Suisse.

--------
Passer de la majorité simple à la MINORTEE qualifiée.

Tout texte rejeté par plus de 45% des Suisses ne passerait pas (ou serait supprimé s'il existe déjà).
--------

Cette méthode à le double avantage de ne faire passer que les textes avec un fort consensus (qui seraient donc mieux appliqués). Et de mieux protéger la minorité d'une dérive de la majorité.

(appliquée au parlement elle aurait aussi l'avantage de limiter la diarrhée législative et planche à décrets).

Admirable madame Sandoz (au passage), j'aimerais vraiment avoir des politiciennes (et politiciens) de de cette qualité en France.

Intervention Lee Ho, 6 messages Le 1 septembre 2010 à 22:19

Oui oui Badinter... L'Iran, le Vénézuela, c'est le mal... C'est nuire à la démocratie Suisse que de pouvoir proposer de tels lois à sa population ? C'est bien mieux de les faire passer dans un parlement par un traité !

Oui, le traité de Lisbonne établi la peine de mort ! "En cas d'émeute ou d'insurrection" ! Emeute, ça ratisse large hein !

Sacrés hypocrites, ces niais aux slogans creux. "Trop de démocratie tue la démocratie." Non mais ! Elle est belle l'écologie !

Nouvelle intervention dans le forum "Peine de mort: la démocratie à l'échafaud?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Peine de mort : la démocratie à l'échafaud?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.