Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 1 juin 2010 à 22:10

Secourir l'UBS sans condition?

  • Sauver l'UBS sans condition? (version courte) [04:46 min.]
  • Secourir l'UBS sans condition ? [50:04 min.]
  • Secourir l'UBS sans condition? [50:04 min.]

Le parlement doit-il voler au secours de l'UBS en ratifiant l'accord Suisse-Etats-Unis? Cette question sera débattue lors de la session d'été qui se déroule actuellement à Berne. Il s'agit en fait de livrer 4500 noms au fisc américain. Mais ne sacrifie-t-on pas notre secret bancaire? Et faut-il sauver la peau de l'UBS sans contre-partie, sans exiger par exemple une taxe sur les bonus? Et le peuple dans tout ça ? N'a-t-il pas son mot à dire? Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Si vous voulez venir assister à l'enregistrement de l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Jean-François Rime, conseiller national, UDC, Fribourg

Alain Berset, conseiller aux Etats, socialiste, Fribourg

Christophe Darbellay, président du PDC suisse, en duplex de Berne

Michel Halpérin, avocat, ancien président du parti libéral, GE

Martin Naville, directeur de la Chambre de commerce Suisse-Etats-Unis

Marc Amyot, gestionnaire de fortune indépendant

anonymous icon SMS jojo29, 131 messages Le 30 mai 2010 à 11:32

Marre de voir nos élus se couché devant cette banque et effectué tous ses caprices, faites quelque chose !!!

Sauver les meubles, et bâtir sur de nouvelles bases SM74, 6397 messages Le 31 mai 2010 à 9:49

Le choix entre la peste et la choléra.
Nous devons accepter l'accord, le mal est fait.
Puis nous devons faire renaître de ses cendres et renforcer le secret bancaire afin que cela ne puisse plus arriver.

Le peuple devrait pouvoir se prononcer, en effet.
Car au delà des question technique et juridique, il y a là une question de principe fondamental. Le politique a besoin du blanc-sein du peuple sur cette question précise, quelque soit la décision, car le gov Suisse a été faible. Il a besoin de la force de son peuple qui est prêt à certains sacrifices, comme éventuellement la perte d'une license bancaires aux USA (menaces de poker menteur).

anonymous icon SMS jojo29, 131 messages Le 31 mai 2010 à 13:45

Il faut être mazochiste pour continuer à voter pour ces partis de droite...

RTS, annexe du PSS Larry, 12074 messages Le 30 mai 2010 à 19:03

L'intitulé est formulé exactement dans la logique du Parti socialiste suisse, dont la nouvelle Radio Télévision Suisse est apparemment une annexe. Il est d'ailleurs si peu clair que la plupart des intervenants n'ont absolument pas compris de quoi il s'agit, croyant qu'il en allait d'une nouvelle aide financière. J'invite ceux qui ne sont pas aux faits de l'actualité de lire les journaux concernant cette affaire, car il est très révélateur quant au degré de pourriture et d'hypocrisie de la classe politique suisse dans son ensemble, et tout particulièrement du Parti susnommé, pour qui les droits populaires sont apparemment qqch qu'on peut marchander, et pour qui les principes élémentaires du droit qqch sur lequel on s'asseoit, pour autant qu'il s'agit de s'en prendre aux "riches".

Le PLR est guère plus glorieux: pas une fois a-t-il relevé le caractère anticonstitutionnel de l'accord passé avec les USA. En ce qui me concerne, il peut disparaître, je ne le regrettrai pas une seconde, bien qu'ayant été membre durant de nombreuses années.

Quant au revirement de l'UDC, Blocher ne m'a pas du tout persuadé de son bienfondé. Tous ne l'ont d'ailleurs pas suivi au sein du groupe, à ce qu'on entend.

Il reste apparemment le mince espoir de soumettre l'accord au référendum, mais je n'y crois pas beaucoup. Ils ont tous la trouille, les lâches.

Socialiste et fier de l'être, il faut être solidaire en toute circonstance. Laissez-faire, 393 messages Le 29 mai 2010 à 9:33

Sauvez les banquiers et traders en risque de se faire licencier, comme en France nous le faisons nous même avec nos banquiers et nos cheminots.

Mieux vos mourir que chosifier son prochain et passer du coté obscure, du coté capitaliste !

Nous sommes tous des treaders !
Non au treaders Kleenex !
Non aux petits juges qui s'attaquent aux banques !

Ce débat est un non-sens! Ulquiorra, 127 messages Le 1 juin 2010 à 8:43

Sauver l'UBS, ce n'est pas pour rien que l'Etat le fait, c'est parce que cette banque finance en grande partie l'économie suisse. Le pays en soi vit de ses banques, et de ses autres industries.

Alors sauver l'UBS? Evidemment.

Imposer des conditions? Pourquoi pas. Seul problème: comment? Le PS est bien gentil, mais ils savent très bien que s'ils veulent vraiment poser des limites aux bonus excessifs, ce n'est pas en s'opposant bêtement au sauvetage d'UBS que ça aboutira à quoi que ce soit. C'est juste une démarche populiste afin de montrer "regardez, nous le PS sommes contre les grands méchants capitalistes qui dirigent le monde". S'ils veulent vraiment faire quelque chose, qu'ils essaient de convaincre le parlement, ou qu'ils fassent une initiative populaire pour limiter les bonus (et non, 12:1 ne correspond pas à cela, c'est une initiative qui ne vise que purement et simplement la ruine du pays et qui marquerait le début du communisme), mais juste faire une politique d'obstruction en criant "il faut limiter les bonus", c'est lâche, c'est bas, et c'est contreproductif. ça correspond bien à l'esprit du PS.

Ah, tiens, bizarre, pour le débat de ce soir, au miracle, un seul débuté de droite contre toute la gauche. Je comprend mieux pourquoi l'émission s'appelle infraROUGE.

anonymous icon Comme dit B. Obama, "Le rodéo, c'est fini"... michel G, 13 messages Le 2 juin 2010 à 17:13

Les propos mielleux et pourris des 2 personnages non élus du débat, MM. Halperin et Amyot, montrent 1 fois de plus qu'ils continuent de feindre de n'y avoir rien compris: Sphère privée par ci, place financière par là, c'est du pipeau; la différence entre fraude et évasion n'existe plus, ou pas, et il est parfaitement compréhensible que nos voisins souhaitent cueillir tous les impôts qui leur sont dûs, en Suisse et ailleurs, crise et justice fiscale oblige: The rodeo is over !

Tous ceux qui brandissent la débâcle de la Suisse en cas de livraison de fraudeurs aux USA ou ailleurs, peignent le diable sur la muraille, et font abstraction des compétences " honnêtes" de nos banquiers.
D'ailleurs,HSBC vient de décider de venir installer son siège à Genève, pour bénéficier des bonnes conditions helvétiques.
Quant au reste des débataires, les politiciens de service , ils ont été fidèles à eux-mêmes: Darbellay ni pour ni contre, bien au contraire, Rime dont la seule préoccupation est d'emmerder les socialistes et de protéger ses copains les patrons ( en oubliant que, comme à chaque fois, la plupart des gens qui votent UDC, sont des petites gens, des ploucs de la campagne qui ne sortent jamais de leur trou).
Berset, qu'on n'a malheureusement pas l'occasion d'entendre suffisamment dans les débats, brillant , intellectuellement en phase avec lui-même.
Il a parfaitement raison de rappeler que chaque fois qu'il est question de prendre des mesures contre les bonus ou les rémunérations excessives des managers, les bonnes âmes de la droite ou du centre droit sont aux abonnés absents, marqués de manière atavique par 150 ans de louvoiement à la frange de l'honnêteté.
Toutefois, c'est peut-être une erreur tactique de la part du PS de vouloir mêler l'acceptation de l'accord avec les USA avec une règlement sur les bonus et les rémunérations excessives: Chaque chose en son temps, et ça sera le moment de rappeler à l'UDC et au PDC leur propos actuels, qui déclarent la même volonté de réglementer ces abus

anonymous icon Perspective Américaine marcdc, 1 message Le 1 juin 2010 à 14:02

En tant que citoyen américain, proche des milieux lobbyistes de Washington, je suis préoccupé par les conséquences d'un refus de l'accord. Je suis très attaché à la Suisse et crains qu'un éventuel déni du Parlement ne soit prétexte à d'autres injonctions des juges de mon pays à l'égard des entreprises financières helvétiques. Des emplois sont en jeu, ici et outre-Atlantique. Sans parler de la réputation.

Est-ce que nous nous dirigeons là ????? saladerouge, 3922 messages Le 2 juin 2010 à 7:41

anonymous icon Contre les politicars... J-Pierre, 1 message Le 1 juin 2010 à 23:21

Ne pas oublier que la Suisse est la plus grande dictature d'Europe. Quand les politicars se retrouvent à Berne, peu importe le parti, ils défendent leurs avantages. Pas la nation et encore moins les ouvriers...

anonymous icon SMS injuste, 2 messages Le 1 juin 2010 à 22:57

Le faible se fait violenter par le plus fort. Au moins qu'il garde la tête haute, car de toute façon il se fera tondre...

Mais laissons donc le gouvernement et les partis de droite continuer à pédaler dans la choucroute ! Cyan, 3718 messages Le 1 juin 2010 à 0:46

Il n'y a qu'une seule chose à faire, laisser le gouvernement se mettre hors la loi, attendre qu'ensuite la justice s'en mêle et surtout bien constater que la droite si légaliste, surtout l'UDC, quand il s'agit de fric, oublie tout les principes de justices et les lois mêmes qu'elle prétend défendre.
Que le peuple suisse ne prenne pas parti dans cette histoire, parce qu'aucune des solutions envisagées n'est juste. Il s'agit de crapules prises soit dans les mailles des lois US, soit dans les nôtres.
Autant que les requins se bouffent entre eux.

http://www.suisse.attac.org/Salariat-et-capital-deux-poids
Le secret bancaire n'existe pas pour la majorité des suisses.
Au 31 décembre, chaque employeur est tenu de remplir une déclaration de salaire pour chacun de ses employés que ce dernier devra joindre à sa déclaration d?impôt. Afin de s?assurer que le salarié n?oublie pas de le faire, l?Etat a prévu une mesure simple : l?employeur doit lui envoyer directement une copie.
Au 31 décembre également, les banques envoient à leurs clients des formulaires de décompte d?intérêts et de l?état de la fortune. Les chiffres qui y figurent sont à reporter sur la déclaration de l?impôt. Mais, contrairement à ce qui se passe pour les salariés, la banque n?envoie pas de copie à l?Etat, ce qui permet aux titulaires de comptes d?oublier de les déclarer. C?est ce qu?on appelle de l?évasion fiscale (par opposition à la fraude fiscale).
http://www.suisse.attac.org/Aspects-moraux-de-la-fraude
La majorité du peuple profite-t-elle du secret bancaire ?
Autrement dit : le secret bancaire dont bénéficie directement une minorité est-il aussi un bienfait pour la majorité des Suisses ? Il suffit d?analyser la situation économique de la Suisse pour trouver les réponses à cette question. A l?échelle du pays, la fortune nette globale déclarée a atteint pour l?année sous revue (2005) 1?164,5 milliards de francs, contre 1?078 milliards en 2004 et 995,6 milliards en 2003. Dans l?ensemble, 4,15 % des contribuables ont déclaré une fortune nette supérieure à 1 million de francs. A lui seul, ce groupe détient plus de la moitié du pactole (664 milliards).
Incontestablement, le secret bancaire, en facilitant la fraude fiscale, a permis l?enrichissement des plus riches. Il a aussi eu pour effet de diminuer les rentrées fiscales. Depuis 30 ans, nous devons subir la politique des caisses vides. Les ressources manquent pour les services publics. Les privatisations sont ainsi présentées comme une nécessité : il faut vendre les bijoux de famille, fruits du labeur de toute la population, pour sauvegarder l?Etat. L?appropriation de secteurs publics par le privé peut dès lors être considéré comme un vol (La Poste, l?électricité, etc).
La force du système bancaire et financier met en péril la pratique démocratique elle-même. La puissance du lobby financier et sa représentation excessive au plus haut niveau du gouvernement (la FINMA est un centre de recyclage des cadres de l?UBS) a été démontrée lors du rachat des actifs toxiques de l?UBS ou lors des différents choix néolibéraux qui affaiblissent sans cesse le système social (AVS, LPP, AC, AI, LaMal).
http://www.suisse.attac.org/03-La-levee-du-secret-bancaire
En réalité tout ce cirque n'est que pour permettre à des partis de faire croire qu'ils vont faire quelque chose contre la crise.
http://www.suisse.attac.org/L-affaire-UBS-revele-la-nature-de
Du coup, tous les beaux discours de la classe politique sur le contrôle des bonus et des rémunérations des dirigeants resteront lettre morte. La bourgeoisie veut à tout prix éviter que la question des revenus qu?elle s?octroie à elle-même ou qu?elle attribue à ses serviteurs les plus méritants devienne une affaire politique, discutée publiquement.
Il n'y a qu'une seule chose dont le peuple suisse doit prendre conscience, notre gouvernent s'est foutu de notre gueule depuis longtemps. Un gouvernement tendance libéral et de droite mène notre pays vers le désastre et voudrait maintenant, une fois toutes les bêtises faites, que l'on prenne parti, pour leur servir de caution. C'est la seule raison de ce cirque.
Aux prochaines élections virez ces c... de droite et ces socialistes qui veulent encore domestiquer ce capitalisme désastreux dans la redistribution équitables et justes des richesses.

Nouvelle intervention dans le forum "Secourir l'UBS sans condition?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Secourir l'UBS sans condition?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.