Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 16 mars 2010 à 22:20

Prêts à tuer pour de la télé?

  • Prêts à tuer pour de la télé? (Version courte) [04:20 min.]
  • Prêts à tuer pour de la télé? [1:00:01 min.]

Sommes-nous prêts à tout, même au pire, pour faire de la télévision? C'est la question traitée dans le film événement co-financé par la Télévision Suisse Romande, "Le jeu de la mort" de Christophe Nick. 47 ans plus tard, le documentaire reprend l'expérience de Milgram. Mais cette fois, le professeur en blouse blanche est remplacé par une animatrice. A force de voir des jeux télévisés de plus en plus cruels, sommes-nous tous prêts au pire? Car le film montre que 80% des gens sont prêts à donner au cobaye une décharge électrique pouvant conduire à la mort. Infrarouge ouvre le débat.

Si vous voulez venir assister à l'enregistrement de l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59

Ne manquez pas ce film événement sur le site de la TSR, disponible pendant 7 jours. Cliquez ici: "Le jeu de la mort"

Plus d'informations sur le site des docs

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Christophe Nick, journaliste et réalisateur du Jeu de la mort, auteur de "L'expérience extrême", Don Quichotte éditions, 2010, en duplex de Paris

Lionel Baier, réalisateur et responsable de l'unité cinéma de l'ECAL, Lausanne

Didier Courbet, psychologue social, Aix-en-Provence, a participé au documentaire

Philippe Bartherotte, auteur de "La tentation d'une île. Derrière les caméras de la télé-réalité", éd. Balland Jacob-Duvernet, 2009

Amandine Tonelli, chercheuse en sciences de l'information et de la communication, Université de Genève

Stephan Excoffier, ex-participant d'émissions de télé-réalité (Ile de la tentation et Fear factor)

Dénoncer la "télé-réalité"... Larry, 12074 messages Le 14 mars 2010 à 12:52

... en usant de ses propres outils: en matière de voyeurisme, l'émission n'a strictement rien à envier aux pires excès du genre.

Pour ce qui est de vouloir répliquer les conditions de l'expérience de Milgram, c'est complètement raté: vouloir participer à l'avancement de la connaissance scientifique n'est pas du tout la même chose qu'aider à mettre en place une nouvelle émission de télé-poubelle. Les participants ne sont donc pas du tout les mêmes, ce qui explique en bonne partie la différence de score (l'autre élément étant la présence du public et son instrumentalisation).

Éthiquement, outre le côté voyeuriste extrême, vouloire faire passer pour des héros ceux qui ont 1. accepté de participer à l'élaboration d'une émission de télé-poubelle, 2. n'ont pas hésité à signer le contrat alors qu'on leur a clairement expliqué qu'il y aurait usage de violence (à 1 exception près, s'il faut en croire le documentaire) et 3. ont participé à l'émission jusqu'à un certain point est plus que douteux. Dire ensuite aux "questionneurs" que ce qu'ils ont fait est "normal" et "ne pose aucun problème" l'est encore bien plus. Ou comme l'écrivent Laurent Bègue et Michel Terestchenko dans Le Monde:

"Qu'en serait-il si l'on devait appliquer aux meurtriers, pris dans des conditions réelles de génocide de masse, une compréhension aussi accommodante ?"

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/08/zone-extreme-est-ce-la-tele-realite-qui-peut-nous-transformer-en-tortionnaires-par-laurent-begue-et-michel-terestchenko_1316023_3232.html

Autre fallacité, l'affirmation du documentaire (s'appuyant ici sur le sociologue Jean-Léon Beauvois, servant ici de caution scientifique à l'émission) que c'est la TV qui crée les conditions particulières propres à engendrer ces comportements, comme le relève Marie Bénilde sur son blog du Monde Diplomatique:

"Le jeu télévisé « La Zone Xtrême » produit du conditionnement qui est moins le produit de la télévision que le résultat d'une mise en scène qui conjugue pression collective, déresponsabilisation et injonctions répétées."

http://blog.mondediplo.net/2010-03-13-Le-Jeu-de-la-mort-ou-la-tele-en-zone-extreme

En fait, la problématique soulevée par l'expérience n'est en rien spécifique à la TV et son instrumentalisation dans le but de discréditer la TV commerciale et ainsi, implicitement, justifier le "service public", relève de la manipluation idéologique, d'autant qu'aucune émission actuelle n'inclut des actes de violence contre la volonté d'un des participants.

Cela dit, rendre attentif le public aux dangers de la manipulation est une bonne chose et sur ce point, c'est un succès. Le rappel d'une des participantes ayant vécu sous dictature léniniste que ça lui rappelait de mauvais souvenirs est à relever, espérons que certains sur ce forum (qu'il est inutile de nommer, car aisément identifiables) en auront pris de la graine.

anonymous icon License to torture ? PWE, 1 message Le 19 avril 2010 à 14:51

L'émission et les débats/commentaires qu'elle a provoqués comme sur ce blog m'intéressent en tant que chercheur et enseignant en psychologie sociale, notamment de par le fait que mes étudiant-e-s et moi-même se penchons sur la question (ces questions en fait) chaque année à l'occasion de la présentation au cours de l'expérience de Milgram. Avant tout, je souhaiterais faire quelques précisions afin que les critiques (fondées pour une part) soient plus ciblées :

1) Un argument qui revient très souvent afin de discréditer les résultats du "Jeu de la mort" est la "non représentativité" de l'échantillon. Ce reproche est peu défendable, puisque les participant-e-s ont été répertoriés à partir de fichiers marketing (http://liberalisme-democraties-debat-public.com/spip.php?article112), de la même façon que procèdent les instituts de sondage pour former un échantillon représentatif. L' échantillon n'était néanmoins pas exactement représentatif (pas de sélection de participant-e-s selon les proportions de la population française). Mais en tout état de cause, les nombreuses réplications de l'expérience de Milgram avec toutes sortes d'échantillons dans de nombreux pays et époques conduisent toujours à peu près au même résultat (cf. www.stanleymilgram.com), à savoir 60-90% d'obéissance (et ces taux ne sont effectivement pas exactement comparables d'une recherche à l'autre, il faut conclure à une forte majorité dans tous les cas). Ainsi, l'argument de la non représentativité n'est pas très pertinent dans ce débat (même si bien commode afin de pouvoir continuer à penser "moi je ne l'aurais pas fait" !).

2) Plus généralement, l'argument de non scientificité de la recherche présentée dans le documentaire est sans fondement, cette recherche étant en tout points conforme aux canons de la méthode expérimentale, et supervisée par une équipe de scientifiques rompus à la technique de l'expérimentation humaine.

3) Le reproche du caractère "télé-réel" de l'émission elle-même, alors que c'est ce qu'elle cherche à critiquer justement, est lui aussi loin d'être convaincant. J'ai eu clairement l'impression de visionner un documentaire passionnant sur l'expérience de Milgram réactualisée et "rejouée" dans un autre contexte contemporain, davantage que d'être un voyeur s'ennuyant devant un Loft story X... Pour preuve, il y a eu somme toute assez peu de gros plans sur les émotions des candidat-e-s (même s'il y en a eu afin de se rendre compte de leur état de tension nerveuse), par rapport au grand nombre de participant-e-s total, seule la musique et les bruitages "chocs" du documentaire (et pas du jeu en tant que tel, celui-ci devait bien évidemment ressembler aux canons du genre) relèvent quelque peu des ressorts de la télé-réalité (ou -poubelle, comme on voudra). Néanmoins, ces quelques défauts du genre n'enlevaient en rien à mon sens au caractère de documentaire de l'émission.

4) Cela dit, il est clair que le débat éthique posé par toutes les expériences de Milgram demeure valable pour celle-ci : comme certain-e-s l'ont relevé, il s'agit de torturer mentalement une personne (le professeur et non pas l'élève qui ne subit rien) afin de le faire obéir et exécuter des actes qu'il réprouve (preuve en est que lorsque les professeurs peuvent choisir eux-mêmes le niveau de choc, ou lorsque l'expérimentateur/-trice ou le présentateur/-trice s'absente, respectivement personne ou seule une minorité vont jusqu'au maximum). Même si les préceptes éthiques du "debriefing" ont été plus que respectés (allant jusqu'à une offre de soutien psychologique, ou chez Milgram des entretiens une année après), on sait que parfois le debriefing ne restaure pas tout à fait l'image de soi des participant-e-s (notamment dans ce cas où l'on peut penser que certaines personnes vont porter le poids de la question "pourquoi suis-je allé jusqu'au bout, alors que certain-e-s ont arrêté ?"). Le problème étant précisément qu'une minorité résiste, en partie selon certaines variables de personnalité (http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/08/zone-extreme-est-ce-la-tele-realite-qui-peut-nous-transformer-en-tortionnaires-par-laurent-begue-et-michel-terestchenko_1316023_3232.html), mais le résultat principal est que la situation d'obéissance est en grande partie responsable du comportement des individus obéissants, les facteurs de personnalité pouvant modérer quelque peu cet effet massif.
Ce problème éthique doit être mis en lien avec les bénéfices scientifiques et sociaux de telles recherches : l'intérêt exceptionnel de ces résultats, notamment au regard de l'explication des génocides humains, justifie-t-il en quelque sorte, ou compense-t-il le risque éthique ? Les chercheurs et chercheuses qui ont répliqué l'expérience de Milgram le pensent, et moi de même, mais bien sûr la balance peut basculer d'un côté ou de l'autre selon l'appréciation de chacun-e . Le fait de refaire cette expérience dans le domaine de la télé-réalité, outre le fait important de montrer que l'obéissance à l'autorité nous influence toujours (combien d'étudiant-e-s m'ont dit quelque chose comme "oui Milgram c'était dans les années 60, mais aujourd'hui nous sommes moins obéissants"; cette année la réponse a été facile à donner), permet de poser avec vigueur la question éthique dans le domaine de la télévision (en laboratoire, il serait actuellement très difficile voire impossible de refaire Milgram), comme le vigoureux débat à propos des deux émissions "Jusqu'où va la télé ?" sur France 2 l'a montré.

Finalement ginosalsa, 362 messages Le 24 mars 2010 à 21:31

Cette émission démontre que l'éducation est meilleure qu'il ya 40 ans, rien d'autre...

anonymous icon La soumission totale aux médias? lecrapu, 6 messages Le 14 mars 2010 à 13:59

Il est intéresant de voir que 50 ans après l'expérience de Milgram, ce n'est plus 60% des candidats qui vont jusqu'à "électocuter" une personne qui doit répondre à des questions (en réalité personne n'est "électrocuté", c'est ce que l'on fait croire aux candidats) mais bien 81%!!! Alors qu'aujourd'hui nous clamons tous haut et fort que nous sommes libres de choisir ce qu'il nous plaît, de critiquer l'autorité, d'avoir accès à l'information,etc.. Nous voilà confrontés à nous-même.
Qui parmis nous aurait eu la force de défier l'autorité dans ce jeu,à savoir l'animatrice, qui aurait étét assez courageux pour oser dire "NON" à cela? Cette expérience démontre bien notre penchant pour la soumission quasi totale, alors que nous critiquons tous les nazis et ces effroyables camps de concentration; qu'aurions nous fait à la place de certaines personnes de l'époque? Nous serions-nous révoltés? Il est difficile de répondre à cela; autre époque et autre circonstances, mais même problème.

Danc ce "jeux télévisuel", combien d'entre nous auraient osé dire non? Il faut être honnête avec soi, car nous seul avons la réponse, notre popre réponse.

Heureusement l'électrocution n'est pas réel dans ce jeux, mais pour certains candidats le mal est fait, si ce jeu avait été bien réel, ils seraient devenus des meurtriers, sûrement malgré eux...ou pas....

Prêts à tuer ou se ridiculiser? Bakounine, 2858 messages Le 12 mars 2010 à 17:41

Tuer je ne suis pas sur, ce ridiculiser sans aucun doute.

Mikhaël Aïvanhov chat'du'meunier, 1075 messages Le 21 mars 2010 à 14:45

Les pensées de Mikhaël Aïvanhov: qui méritent notre réflexion des paroles non pas humaines mais de source divine, transmises par le Christ:

" La puissance de l'homme se trouve dans sa faculté de dire non. L'homme, créé à l'image de Dieu, est aussi puissant que Lui. Alors pourquoi se montre-t-il si faible? Parce qu'il ne sait pas où est sa force. Sa force est dans son pouvoir de dire non. Cela signifie que personne au monde ne peut l'obliger à faire ce qu'il ne veut pas. Même si tout l'Enfer se liguait contre lui pour l'obliger à agir contre sa volonté, elle ne peut pas le contraindre. Et même Dieu ne peut pas contraindre l'homme! C'est pourquoi si l'homme connaissait où est sa vraie puissance, il serait au-dessus de toutes les séductions, de toutes les tentations, de tous les crimes. S'il commet des crimes, c'est qu'il y consent. Les esprits du monde invisible ont des moyens pour tenter l'homme, mais ils n'ont aucune possibilité de le forcer. C'est l'ignorance de son origine divine qui rend l'homme tellement faible devant le mal."

Excellent reportage ginosalsa, 362 messages Le 16 mars 2010 à 17:55

Les chercheurs n'ont pas fait états de leurs observations sur le public. 2'000 personnes qui suivent les directives d'un chauffeur de salle, c'est cela qui est vraiment inquiétant.

Pas une seule ne s'est manifestée ou a quitté la salle?

anonymous icon Zones d'ombres Palador1, 47 messages Le 14 mars 2010 à 0:10

Certaines chose n'ont pas bien été précisées dans ce documentaire: Premièrement, le public était il complice ? et d'apres le montage de ce documentaire, il y avait 1 candidat questionneur par émission, donc à chaque émission, était ce à chaque fois un autre public ? Et a quelle cadence ces émissions se déroulaient elles ? Si ça aurait été une fois par semaine, les candidats ayant joué et mis au courant de la supercherie auraient pu vendre la méche aux autres. Et un dernier point qui n'est pas le moindre : A partir de combien de volts un courant éléctrique est il mortel ? Aucune information n'a été donnée la dessus !

anonymous icon Intervention NNM, 35 messages Le 18 mars 2010 à 13:30

Beaucoup de questions me traversent encore l'esprit:

Y a t'il des gens du public qui se sont manifestés? Tous ont continué à encourager les participants? Personne n'a cherché à s'interposer?
Comment vont les participants (au niveau psychologique), une année après l'expérience?

anonymous icon Jusqu'au bout de la nausée ? Arnaud, 3 messages Le 17 mars 2010 à 12:43

Au delà de la discussion sur les méthodes et les scores d'"obéissance", il y a un malaise quand on montre à quel point nous sommes manipulés sous prétexte de culture, d'information, de divertissement, en fait pour faire du chiffre !
En l'occurrence, candidats, public de plateau et téléspectateurs n'ont que peu de chance de sortir de leur rôle établi lors du dessin de la manipulation.
La liberté des participants est biaisée par le biais de l'asymétrie
1 Entre les buts des organisateurs et ceux des cibles.
2 entre leur préparation respective.
Exemple extrême. Philippe Bartherotte est du côté de initiés, il affirme qu'il ne participerait même pas. Pourtant, il est sur votre plateau,
Il croit être venu pour défendre ses thèses, il a été invité pour animer le débat.
Il pense maîtriser un dialogue, il est seul face à une équipe de réalisation qui le scrute et conseille l'animatrice.
"le pied est dans la porte", bien aiguillonné, il sera prêt à tuer.
Tant qu'il n'y a pas d'infraction à la loi, en démocratie, la seule limite est l'insuccès.
Il est impossible de récupérer une bonne conscience par un arsenal de lois.
La défense de la dignité des cibles potentielles de manipulateurs doit être défendue par un comité d'éthique. C'est le cas en médecine humaine et vétérinaire.
Au fait, aux termes de la dernière votation fédérale sur tout individu participant à une expérience doit être préalablement complètement informé sur les buts et les méthodes de l'expérience.

Comment ??? saladerouge, 3922 messages Le 16 mars 2010 à 10:03

Comment c'est possible me semble beaucoup plus favorable, que le pourquoi certains plient ?

Dans le comment, il y a des pistes pour être certain de ne pas devenir celui qui plie ?

Ce genre de teste est un point de départ, il peut amener de profond changement dans nos sociétés, comme moins de moutons, moins de loups et plus d'hommes.

L'observation du comment et la transmission de cette observation, permet d'apprendre à être autre chose, qu'une proie pour plus futé que soi...

Juger ceux qui n'ont pas pu résister à la pression, ce n'est pas observer. En jugeant, j'évite le vrai travail et je favorise la répétition, de l'obéissance à n'importe quelle cruauté...

Cela peut me choquer, mais est-ce que je suis certaine de savoir me prémunir de la pression et de l'obéissance aveugle ???

anonymous icon L'infini. rosenkranz, 2 messages Le 17 mars 2010 à 16:31

Depuis le temps que cette expérience a été faite je me disais bien que quelqu'un allait finir par s'en inspirer vu l'état de nos télévisions. Le sensationnel donc les sensations, les émotions, les instincts tous à l'uvre dans l'obéissance à l'autorité quelle qu'elle soit. Mais aussi, je présume que bien des participants à ce "jeu" devaient savoir qu'ils n'enverraient pas vraiment des décharges électriques, sauf à n'être franchement que des idiots capables de penser que la télévision pourrait légitimement et publiquement se rendre coupable de torture physique. Déjà le terme de "jeu" a du mettre la puce à l'oreille des plus naïfs. Nonobstant ces remarques le fait que les individus soient capables d'infliger des tourments physiques ou psychiques à d'autres individus ce n'est pas vraiment un scoop. Il n'est qu'à lire et a voir ne serait-ce qu'une toute petite partie des informations qui nous viennent du monde entier. Nous sommes sans doute des animaux sociaux et civilisés nous n'en sommes pas moins et toujours des animaux, des primates un tout petit peu supérieurs - et encore, cela reste à voir. Mais que l'on tue ou torture au nom de dieu ou de la télé c'est kif kif. Tuer vraiment ou symboliquement cela reste un des jeux préférés de l'homme. Durant la guerre du Vietnam des soldats us se sont fait tuer parce qu'il y avaient des caméramans qui filmaient leurs actions et qu'ils voulaient montrer leur héroïsme. Comme disait Einstein il y deux choses infinies, la bêtise et l'univers, et encore, à propos de l'univers je ne suis pas sûr.

Nouvelle intervention dans le forum "Prêts à tuer pour de la télé?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Prêts à tuer pour de la télé?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.